Actualité

La location d’appartements aux touristes va être interdite à partir de l’été 2018 à Palma, capitale de Majorque.

Palma est la première ville d’Espagne et, pour le moment, il semblerait que d’Europe à totalement interdire la location saisonnière d’appartements privés.

 

Quels sont les termes exacts de cette mesure ?

Seules les maisons individuelles pourront être louées, sauf si elles sont situées dans un polygone industriel, dans la zone de « sol rustique » (terres agricoles) et la zone d’influence aéroportuaire comme Can Pastilla, une partie du Coll d’en Rebassa et Es Cartnatge.

Il s’agit d’une mesure radicale proposée officiellement le 23 avril 2018 par Antoni Noguera, maire de Palma et son adjoint, ancien maire de Palma également, José Hila. Cette proposition répond, selon la version officielle, à l’initiative populaire de différentes associations d’habitants de Palma, exaspérés par l’invasion de leur ville par le tourisme de masse.

Cette décision, courageuse pour certains, inconsidérée pour d’autres, sera « une référence au niveau national dans les villes européennes » exprime Antoni Noguera. Déjà en août 2017, une loi avait considérablement limité les locations privées saisonnières des 4 îles de l’archipel Baléares.

Noguera-hila-palma-majorque

 

Pour louer un bien privé, le propriétaire doit posséder une licence touristique et donc payer un impôt. Les autorités se sont mises en chasse des locations sans licence, constatant que, sur un total de 11 000 locations saisonnières, seules 645 étaient pourvues de cette autorisation légale selon les sources du journal El Pais.

Cette mesure, doit maintenant, passer les différents « contrôles » citoyens et politiques avant d’être définitivement acceptée, ce qui ne fait aucun doute pour le moment, et à partir du mois de juillet, elle sera probablement en vigueur.

 Pourquoi en est-on arrivé là ?

Les opinions divergent selon les intérêts, bien évidemment.

Parmi ceux qui se réjouissent de cette mesure, se trouvent bon nombre d’habitants de Palma et particulièrement de son centre historique. Outre la flambée des loyers pour les autochtones depuis quelques années, la présence massive de touristes dans les immeubles privés est devenue une nuisance casi insupportable durant l’été : l’excès de bruit et l’irrespect des règles de la communauté de l’immeuble, bref l’incivisme notoire d’un petit nombre, ont mis le feu aux poudres.

Plusieurs manifestations ont été organisées et des actes de vandalisme enregistrés contre « un tourisme qui tue les quartiers ». Qui les fait vivre, aussi : le secteur représente 15 % du produit intérieur brut.

Manifestation-contre-location-saisonniere-palma-majorque

 

L’émergence de nouvelles plateformes mettant en contact les propriétaires et les touristes, comme Airbnb, HomeAway, Tripadvisor etc, a participé fortement à l’augmentation de l’offre et donc à une frénésie de locations saisonnières devenue incontrôlable et dont les bénéfices à court terme ne compensent pas les inconvénients à long terme.

Les hôteliers qui, bien que discrets sur le sujet actuellement, doivent se féliciter de cette mesure, eux qui dénoncent inlassablement comme concurrence déloyale, l’essor de la location d’appartements par les particuliers. Il est fort probable qu’ils aient influencé cette décision. Reste à espérer qu’ils réagiront et élargiront leurs offres actuelles car pour le moment, se loger dans un appartement ou une maison, reste l’option la plus économique dans des conditions agréables.

Il serait dommage pour les touristes habitués à séjourner à Majorque chez l’habitant de ne se voir offrir, pour un prix équivalent, qu’une chambre sans commodités dans un hôtel sans charme.

La prolifération des boutiques hôtels et des hôtels de charme dans Palma embellit la ville, certes, mais, cette nouvelle offre, sera-t-elle abordable pour ces milliers de touristes refoulés des locations privées ?

 Vue panoramique de Palma de Majorque

Quelles sont les conséquences de cette mesure pour les différents acteurs ?

Indéniablement, des amendes !!

Pour avoir fait la publicité de locations illégales, les plateformes Airbnb et TripAdvisor ont écopé, en début d’année, d’une amende de 300.000 €.

Les propriétaires s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 40.000 €

Quant aux visiteurs, désirant malgré tout continuer à plébisciter ce type de séjour, il leur faudra en amont faire preuve de vigilance car les conséquences de louer un logement sans licence touristique légale peuvent faire chavirer des vacances de rêve en véritable cauchemar comme se retrouver sans logement du tout !

A l’heure où, Venise met en place une mesure temporaire de portiques pour réguler l’afflux de touristes dans la ville, où les autorités indiennes restreignent à 40.000 par jour (au lieu de 70.000) le nombre de visiteurs du Taj Mahal, où la plage de Maya Bay en Thaïlande, victime de son succès suite au film « La plage » avec De Caprio, sera interdite d’accès au public durant les 4 mois d’été pour permette aux coraux de se régénérer, il est temps que nous prenions conscience de l’impact des déplacements massifs de touristes à travers le monde et trouvions des solutions intermédiaires tolérantes et constructives pour tous.

 

Crédits: diario de Mallorca, Ultima Hora, El Pais, El Mundo, abc.es, economiademallorca.es, elindependiente.com

Tags

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano et plus récemment travaillé avec le cabinet MG PEP’S, spécialiste en hygiène alimentaire . Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Related Articles

Close
Close