Actualité

À Majorque, des recherches sur un test du coronavirus.

un nouveau test médical qui serait dix fois moins cher que la PCR et très précis et efficace pour la détection des cas de coronavirus.

IPS INMO ips inmo majorque

D’après un article de Kike Oñate publié sur Areabalears.cat 

Un groupe de scientifiques de “l’Instituto de investigacion sanitaria” des îles Baléares (IdISBa) développe un nouveau test médical qui serait dix fois moins cher que la PCR et très précis et efficace pour la détection des cas de coronavirus.

Selon le coordinateur du projet, Roberto De la Rica, cette méthode permettrait de décongestionner le système de diagnostic des patients hospitalisés et de garder une trace des personnes infectées qui se trouvent en Unité de soins intensifs.

Encore quelques semaines pour connaître l’efficacité du test

Dans 10 semaines, ils auront les résultats de leurs recherches, qui ont débuté en juin 2019, dans le but de détecter une bactérie qui affecte particulièrement les personnes souffrant de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) associée au tabagisme.

La crise sanitaire a cependant conduit le groupe à étendre ses recherches afin que le test puisse également être utilisé pour détecter le coronavirus.

La proposition intervient à un moment où le Govern Balear ne sait toujours rien concernant les tests commandés par l’État qui devraient être également distribués aux Baléares. 

« Bien qu’elle puisse parfois échouer, la PCR (Polymerase chain reaction) est la meilleure technique pour détecter le covid-19 car elle est très sensible », explique Robert de la Rica.

« Notre test offrirait une alternative et plus d’outils de dépistage », dit-il, ajoutant que la méthode qu’ils étudient pourrait être utilisée en parallèle pour éviter la saturation lors du diagnostic des cas dans les hôpitaux. Cela permettrait également de suivre les patients en soins intensifs et de voir s’ils s’améliorent.

Le coordinateur fait remarquer que les échantillons de mucus sont généralement très solides et «piègent» les protéines virales, ce qui rend difficile la détection des virus.

Alors que la nouvelle méthode qu’ils proposent peut dissoudre les échantillons très efficacement pour un accès facile aux agents pathogènes et pour une détection plus performante.

Roberto De la Rica ajoute que les échantillons peuvent être analysés en utilisant la technique ELISA, qui « est très courante dans les laboratoires hospitaliers », de sorte que le test pourrait être mis en place sans problème et donnerait des résultats fiables en quelques heures.

Si les résultats de cette recherche sont positifs, l’équipe de chercheurs contactera les fabricants en espérant que le processus de distribution pourra être accéléré en raison de la crise sanitaire.

Roberto De la Rica précise cependant que « le produit doit passer un protocole de qualité exigeant qui garantit son efficacité ». Quant aux modalités de distribution, elles dépendront  des fabricants. 

10 000 tests sont arrivés de Chine à Majorque 

“El Consell de Salut” (ministère de la Santé des Baléares)  possède 10 000 tests pour la détection du coronavirus qui ont été achetés à la Chine par le Govern Balear pour le détecter « efficacement », selon la Conseller, Patricia Gómez.

« Ces tests ont montré qu’ils peuvent détecter des anticorps contre le virus comme prévu et sont donc valables », a expliqué la conseller, qui rappelle que le laboratoire de microbiologie Son Espases a testé leur efficacité.

Cependant, il n’y a toujours pas de date prévue pour l’arrivée des tests rapides. « Nous continuons d’attendre les tests rapides, qui sont, en principe, destinés à l’ensemble de l’Espagne », a déclaré Patricia Gómez.

Le gouvernement espagnol a également reconnu que les premiers 9 000 tests reçus de Chine qui ont été testés dans les hôpitaux de Madrid n’ont pas bien fonctionné et ont donc dû être retirés.  

Rappelons-nous que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a envoyé un message simple mais ferme sur la stratégie de lutte contre covid-19 dès le lundi 16 mars, lorsque le confinement a commencé en Espagne.

« Des tests, des tests, des tests », a proclamé son secrétaire général, l’Éthiopien Tedros Adhanom, appelant tous les pays du monde à investir et étendre au maximum les tests pour diagnostiquer le coronavirus au sein de leur population. Pour l’OMS, c’est l’un des meilleurs moyens de ralentir la progression du  coronavirus.

Cette nouvelle positive et prometteuse est encore une preuve que Majorque et toutes les îles Baléares ne sont pas seulement un paradis touristique mais aussi un « laboratoire » d’initiatives et de développement économique.

Nous avons confiance en notre île et ses capacités à remonter la pente !

Tags

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.