Actualité

Palma interdira les calèches dès 2024

Le conseil municipal de Palma a approuvé l'élimination des calèches tout en garantissant le maintien des emplois.

Dray & Partners
5/5 - (5 votes)

Toute tradition n’est pas bonne à garder. À Majorque, comme à Rome, Istanbul ou Montréal, les calèches qui arpentent les rues de la vieille ville ont longtemps été considérées comme une “attraction typique” , voire romantique, pour les touristes.

Le cheval qui s’est effondré ce dimanche 25 juillet sous un soleil de plomb entre la place Joan Carles I et le passeig del Born sera-t-il enfin le dernier et marquera-t-il la fin de cette pratique indigne ?

Une alerte citoyenne depuis longtemps en marche

Une pétition de change.org a recueilli plus de 75.000 signatures pour la suppression de cette coutume d’une autre époque, aujourd’hui où la loi reconnaît que les animaux sont des êtres sensibles.
Ce n’est pas la première fois que des signatures sont recueillies pour demander l’interdiction de ce type de transport à Palma. En 2020, le parti de défense des animaux Progreso en Verde a enregistré plus de 120.000 signatures à l’hôtel de ville de Palma pour demander à la municipalité de mettre fin à l’exploitation des chevaux.

2 ans plus tard, le conseil d’administration de Cort a approuvé de modifier, à travers une procédure d’urgence, l’ordonnance du service des calèches afin d’introduire une section interdisant le travail des chevaux lorsque l’agence météorologique de l’État déclare une alerte de niveau jaune, orange ou rouge indiquant un risque grave.

Cet amendement sera définitivement approuvé à partir de sa publication au Journal Officiel des Îles Baléares, le BOIB, qui devrait avoir lieu au cours du mois d’août.

Le bien-être animal au coeur du débat

Il est difficile de voir la réalité qui se cache derrière ces calèches alignées en attente du touriste en quête d’une promenade qu’il pense romantique en couple ou ludique en famille. Quelles sont leurs conditions de vie après leur dure journée de labeur ? Pourquoi sont-ils si maigres ? Que ressentent-ils en attendant sous la chaleur entourés de voitures et de bus ?

Cette pratique s’apparente-elle à de la maltraitance animale ? Pour la majorité d’entre nous la réponse est évidente, mais le bien-être animal n’est pas une priorité pour tous.
« Nous aimons les chevaux, nous en prenons soin et nous les respectons » a déclaré le porte-parole des conducteurs de calèches durant la séance plénière. En total désaccord avec la décision de Cort, Manuel Vargas a attribué les plaintes contre le mauvais traitement au fait que la plupart des conducteurs font l’objet de préjugés racistes parce qu’ils sont gitans.

Un processus de suppression définitive avec ses opposants

La proposition stipule que Cort fera les modifications appropriées pour le « changement progressif de toutes les calèches de la ville, vers des modalités électriques et non à traction animale ». De même, la mairie « établira une ligne de subventions pour faciliter le processus de remplacement des calèches par des véhicules électriques, en fixant une échéance à 2024 ».

L’équipe gouvernementale et Ciudadanos, initialement auteur de la proposition, ont tous voté en faveur ; Le PP s’est abstenu et Vox a voté contre.

Crédits : Diario de Mallorca, ultima hora

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page