Actualité

Les transporteurs des Baléares estiment l’impact de la faillite de Thomas Cook à 5 millions d’euros

Les premiers chiffres font état de 35 entreprises concernées, qui seraient en attente de recouvrement auprès du voyagiste.

 Thomas Cook cesse son activité et suspend toutes ses opérations. Les touristes piégés par la faillite de Thomas Cook ont commencé à quitter Palma. Quant aux employés de Thomas Cook à Palma ils déclarent « On ne nous a rien dit, nous sommes affligés »

Le secteur des transports des Baléares estime à 5 millions d’euros l’impact de la faillite de Thomas Cook sur leurs entreprises. La cessation d’activité du voyagiste britannique porterait préjudice, selon les premières estimations, à quelque 35 compagnies de l’archipel.

Il pourrait s’agir du secteur le plus touché, comme le soulignent leurs propres employeurs, puisque, contrairement à d’autres secteurs, comme l’hôtellerie, qui auraient déjà facturé leurs services au voyagiste, les transporteurs n’ont encore rien perçu pour leurs services en attente de billets à ordre.

C’est l’un des premiers chiffres de l’impact économique sur les îles Baléares de la faillite de Thomas Cook, qui affecterait le secteur des transports, le transport privé, les sociétés de transfert (VTC) et même les chauffeurs de taxi.

Selon le président de la Fédération des transports des Baléares, Rafael Roig, en l’absence d’une réunion de la Fédération prévue en début de semaine et qui analysera plus en profondeur les conséquences de la faillite du voyagiste, les estimations indiquent que 35 entreprises sont touchées avec un impact de 5 millions d’euros.

Depuis que la Fédération a exprimé son « indignation » par le fait que, malgré l’impact de la faillite du voyagiste dans son secteur, probablement le plus touché, comme ils le disent, le gouvernement ne les a pas encore contactés, contrairement aux employeurs de l’hôtellerie.

 Francina Armengol met en garde contre « un impact global très important » dû à la faillite de Thomas Cook

Pour sa part, la présidente du gouvernement, Francina Armengol, a qualifié ce lundi « d’absolument inquiétante la faillite de Thomas Cook » et si elle a indiqué qu’il est trop tôt pour déterminer un nombre précis de personnes touchées par cette situation, elle a reconnu que cela aura « un impact global très important sur la communauté ».

Ces propos ont été recueillis au cours d’une entrevue dans le programme « Els Dematins » d’IB3 Televisió et repris par Europa Press, où elle a également noté que le gouvernement a travaillé au cours du week-end dernier avec les hôteliers touchés par la faillite pour essayer d’en minimiser l’impact et trouver des ressources pour le réduire.

Elle a indiqué que le gouvernement central travaille avec les cadres régionaux concernés et les hôteliers pour examiner « comment le rapatriement de tous les touristes est effectué et analyser la situation en profondeur ».

Touristes en attente à l’aéroport de Palma

 Francina Armengol a également annoncé que le gouvernement rencontrera la ministre du Tourisme, Reyes Maroto, pour régler la situation. Précisément, cette dernière a déclaré lundi que le gouvernement britannique a garanti l’activation d’un plan d’urgence pour rapatrier les espagnols affectés par cette situation.

Reyes Maroto a précisé que la responsabilité de ce rapatriement incombe au gouvernement britannique et a demandé « de garder leur calme» à tous les touristes affectés également dans les hôtels espagnols.

La ministre a assuré qu’en ce moment, ils essaient de quantifier le nombre d’espagnols touchés et a annoncé qu’elle convoquera prochainement les communautés autonomes concernées à une réunion de coordination en raison de la faillite de Thomas Cook pour « analyser le problème » et créer une « feuille de route » pour apporter des solutions.

Crédits : Articles traduits du Diario de Mallorca, F.Guijarro.

Crédits photos : capital.fr, cronica balear

Tags

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Related Articles

Close
Close

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.