ActualitéInfos utiles

Des volcans endormis sous les îles Baléares

La carte en relief des fonds marins des Baléares révèle la présence de 118 volcans sous-marins inactifs depuis 1,4 million d'années

Dray & Partners
5/5 - (7 votes)

Les fonds marins de l’archipel comptent 7 reliefs sous-marins, dont 5 sont situées dans la zone côtière et 2 dans la plaine abyssale. De tous, le plus important est L’escarpement Emile Baudot, d’une hauteur de plus de 800 mètres et d’origine volcanique.    

A l’époque de la télégraphie, à la fin du XIXº siècle, six navires câbliers ont successivement été basés à Toulon et ont posé des câbles télégraphiques entre différentes enclaves méditerranéennes. L’un des navires câbliers s’appelait Emile Baudot.

Émile Baudot (1845-1903) était un ingénieur télégraphiste français qui a inventé un appareil télégraphique et le code Baudot utilisé pour les télétypes. On pense que ce relief a été baptisé du nom du navire qui aurait effectué des sondages entre l’île de Cabrera et l’île de Formentera.

Un champ volcanique situé au sud-ouest de Majorque, en face du parc national de Cabrera

Les études morphologiques du relief sous-marin Emile Baudot ont conduit à la découverte de 118 pitons volcaniques autour de celui-ci, qui constituent ce qu’on appelle le champ volcanique du sud des Baléares.

Ces intrusions volcaniques, que l’on trouve le long du littoral, ont une forme conique et présentent des reliefs sur le fond marin. Leur taille est impressionnante, allant de 8 à plusieurs centaines de mètres, avec des diamètres à la base dépassant le millier de mètres. La zone affectée par ces intrusions dépasse 500 km2 sur la côte sud-est de Majorque.

Les fonds marins de Cabrera. Crédit : franks.travelbox.com

Selon les experts, ces pitons volcaniques naissent dans le sous-sol de la mer, à des milliers de mètres de profondeur, et émergent finalement sous forme de montagnes au fond de la mer. Le point le plus profond de la mer des Baléares se trouve parmi ces rochers, à environ 2 700 mètres.

Comment cela peut-il affecter les îles ?

Les volcans sous-marins des îles Baléares sont en sommeil et ne présentent aucun risque pour la population des îles. Pourtant, ces montagnes sous la mer jouent un rôle indispensable dans le maintien des écosystèmes des îles, comme les communautés coralliennes et les espèces migratrices.

En effet, cette zone abrite plusieurs espèces protégées de grande valeur commerciale, comme la crevette rose. Dans ces eaux, il est facile d’apercevoir des dauphins, des espadons et des raies manta bondissant hors de l’eau. Les fonds marins avec leurs grottes abritent diverses espèces comme les mérous gris ou les oursins porc-épic.

Les experts ont découvert que l’escarpement Emile Baudot abrite également d’autres espèces moins connues, telles que les éponges cristal, les forêts de gorgones, les poissons tripodes et les pámpanos mangeurs de méduses.

Une forêt de gorgones en Méditerranée. Crédit : Romain Bricoult

D’autre part, et du point de vue des pressions dérivées de l’activité humaine, les reliefs sous-marins requièrent une attention particulière car, généralement, ils concentrent des espèces animales d’intérêt commercial et sont donc des zones cibles pour l’industrie de la pêche.

C’est pourquoi, depuis des années, des biologistes et des spécialistes demandent au Govern Balear d’inclure l’escarpement Emile Baudot dans le réseau des systèmes naturels protégés, comme le prévoit la loi sur les parcs nationaux.

Crédit : Ultima hora

Les fonds marins de l’île de Cabrera

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page