Présence francophone

Une expat à Majorque : Isabelle Fournet

Née sur l'île, Isabelle Fournet est une expat 2º génération qui après des allers- retours est revenue vivre à Majorque.

IPS Inmo Majorque
5/5 - (5 votes)

Résidente à Majorque où elle née et a grandi, Isabelle Fournet est une artiste aux multiples talents. Entre l’Europe et l’Amérique, elle monte des documentaires et des films, fait de l’animation, écrit et peint.

À 20 ans, elle réalise un court métrage en animation 3D par ordinateur, « Staphylococcus Aureus », et remporte le premier prix du Worldfest Gold Award 2001 (Huston, USA). Puis un court métrage réalisé à Paris : « Le syndrôme de Peter Pan » (2003), acclamé dans des festivals de renommée internationale et récompensé par plusieurs prix.

Ses peintures sont exposées en Europe et aux Etats-Unis, et dernièrement, elle a partagé l’espace Natalia Bento à Alaró avec Katrin Kirk avec une exposition nommée “llum naixent”

Êtes-vous née sur l’île ?

Je suis née à Palma où j’ai grandi. 

Quelles sont vos origines ?

Ma mère est suédoise de Stockholm, sa mère était finlandaise. Mon père est parisien, il est venu ici avec ses parents pour s’installer du côté de Santa Ponça. J’ai une âme acquise d’expatriée

Quel a été votre parcours à Majorque ?

Je suis allée au lycée français de Palma jusqu’au Bac (nous étions 2 en Bac S !) puis un parcours universitaire à Montpellier pour des études de cinéma et psychologie. Je suis revenue à Majorque pour faire un Máster in computer animation à la UIB qui possède un très bon département de 3D.  Ma vie professionnelle s’est déroulée entre Londres, New York et Los Angeles avant de revenir il y a peu à Majorque avec mes deux enfants.                                                                     

Quelle est votre activité professionnelle actuellement ?

 Actuellement je prépare un documentaire sur les soldats napoléoniens prisonniers sur l’île de Cabrera au XIXº siècle. Sur ce sujet, je vous conseille la lecture du roman d’Elisa Sebbel, une amie, La Prisonnière de la mer. Je continue à peindre et exposer et je viens de signer un contrat d’exclusivité online  pendant 6 mois ce qui est très émouvant.

Comment vivez-vous ce mélange de cultures ? Majorque vous a influencé dans votre parcours pro ?

Majorque est une île assez internationale, donc c’est assez facile d’être multiculturelle. Je ne suis pas trop patriotique, je prends le meilleur de chaque culture 😉. Beaucoup de mes toiles sont inspirées de la Méditerranée et de Majorque. J’y puise beaucoup d’inspiration.

Qu’est-ce qui vous manque des autres pays où vous avez vécu ?

Los Angeles est encore plus multiculturel, avec des opportunités infinies pour rencontrer du monde et une équipe de travail au top du milieu professionnel, plus de possibilités pour réaliser des projets, des aventures dans la nature sauvage.

Que regrettez-vous le moins de vos pays d’origine ?

Pays d’origine serait lequel… je ne sais pas…

Le plus de Majorque pour vous ?

Multiculturalitee, ainsi que l’accès facile et direct avec les capitales européennes. De bonnes écoles internationales pour les enfants.

Le moins ?

C’est une île, donc c’est restreint… à tous les niveaux.

Votre coup de cœur à Majorque ?

La montagne, les randonnées dans la Serra de Tramuntana avec les vues sur la mer azuréenne.

Pan amb oli ou Arroz brut ?

Pa amb oli miam avec jus d’orange fraîchement pressé d’oranges majorquines !

Votre endroit préféré pour prendre un verre avec les amis ?

Beach Club Gran Folies à Andraitx (c’est d’une bonne amie française 😉 ou bien le Gibson a Palma plaza del Mercat ou même n’importe quel petit bar de place d’un village majorquin….

Randonnée ou Beach club ?

Randonnée

Palma ou Campagne ?

Campagne

Un mot ou deux pour définir Majorque

Paradis naturel et multiculturel

Un mot ou deux pour définir la PIAF

Famille, réseau, rencontres

Découvrez les oeuvres d’Isabelle sur le site online Singulart et sur sa page web

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page