Arriver à Majorque

Coliving et digital nomads à Majorque

la nouvelle tendance qui plaît aux “nomades numériques” - focus sur Palma coliving et son fondateur Matthieu Zeilas

IPS Inmo Majorque

« Réinventer l’habitat » C’est la nouvelle tendance en vogue, qui déferle sur le secteur de l’immobilier mondial. Encore discret en Europe, notamment en Espagne, le concept séduit et attire de plus en plus de digital nomads en quête de soleil et d’un nouveau mode de vie en lien avec leurs ADN..

Pendant que certains préfèrent développer le concept dans les grandes villes, d’autres prennent le pari de s’installer dans des endroits plus paradisiaques comme à Majorque, la plus grandes des 4 îles de l’archipel des Baléares pour attirer les travailleurs.

Une demande en hausse

Dans ce contexte de crise sanitaire due à la Covid-19, l’envie de changement est au coeur des mentalités. À l’heure où le télétravail reste privilégié dans la majeure partie de l’Europe la question de la mobilité et du nomadisme numérique sont bel et bien d’actualité.

Les acteurs du coliving en profitent pour mettre en avant de nouvelles offres d’habitat adaptées à un style de vie nomade, basé sur le partage et l’appartenance à une communauté.

Travailler au soleil, beaucoup en rêvent.. et certains le font. C’est à travers cette devise qu’une première villa co-living sous le nom de Palma Coliving a vu le jour afin de répondre à la demande exponentielle de la part des digital nomads.

Des espaces chaleureux et fonctionnels

C’est aussi pour répondre à ce nouveau besoin de sociabilité et networking que les 2 entrepreneurs français  Matthieu Zeilas et Hugo Grange ont commencé à louer une première villa, à quelques mètres du quartier branché de Santa Catalina, du port et du château de Bellver et son immense parc.

Parfaitement adaptée à la vie en communauté, la maison a été réhabilitée avec soin pour proposer une expérience sur-mesure à ses résidents qui travaillent à distance.

Des espaces de coworking, un grand jardin avec un oranger et un citronnier, une piscine, une salle de fitness, un billard et une table de ping-pong, des chambres confortables allant jusqu’à la suite et même une salle de méditation pour ceux qui souhaitent se ressourcer. 

Une véritable “expérience de vie”

Avec le coliving, vous partagez votre vie avec des personnes du même état d’esprit, qui sont à la recherche d’une nouvelle expérience de vie permettant ainsi de sortir de sa routine et combattre l’isolement.

Palma coliving ne s’arrête pas la, ils proposent chaque semaine des événements allant de l’atelier ‘workshop’ pour aider les résidents dans le domaine professionnel ou au niveau du développement personnel, jusqu’à l’atelier de networking, et les ateliers de cuisine, randonnées, yoga et autres services à la carte.

Le concept a rapidement suscité l’intérêt de la communauté des expatriés et plus particulièrement des freelances/entrepreneurs, qui souhaitent fuir les grandes villes pour travailler à distance dans un environnement sain, au calme et proche de la nature. 

Majorque a tous les arguments pour convaincre: 300 jours de soleil par an, une nature à couper le souffle, des plages idylliques…les conditions idéales pour booster sa productivité.

Un projet ambitieux et visionnaire

L’équipe de Palma Coliving avec son co-fondateur Matthieu Zeilas veut faire de Majorque une des destinations phares de la Méditerranée pour le Coliving pour attirer un tourisme responsable, des travailleurs à distance “consciencieux”, comparé à un certain tourisme de masse.

Après avoir validé l’expérience du coliving et après plus de 200 demandes sur l’année, ils cherchent maintenant à acheter et rénover une deuxième maison sur l’île avec l’aide d’investisseurs privés dans l’objectif de l’opérer en tant que Palma coliving et générer des retours sur investissement intéressant comparé au marché locatif traditionnel.

Les fondateurs ont la vision d’établir avec Palma coliving une trentaine de propriétés dans de nouvelles destinations paradisiaques. Ils viennent par ailleurs d’ouvrir à Valence leur 2ème destination. Le coliving représente un formidable plan B pour l’île, qui souffre de l’effondrement temporaire du tourisme.

Devant l’essor de ce modèle, les autorités des Baléares commencent à travailler sur de nouvelles mesures pour attirer cette clientèle, qui favorise un tourisme plus éthique et responsable.

Un phénomène de société qui a le vent en poupe

Dans le  contexte sanitaire actuel, le digital nomadisme constitue plus que probablement la piste numéro 1 du « futur du travail et du tourisme ». On annonce même plus d’1 milliard de digital nomads en 2035. Il est certain que le phénomène prendra de plus en plus d’ampleur.

Le tourisme, lui aussi, évolue. Les territoires tentent de se réapproprier leurs terres, d’éviter ou de diminuer le tourisme de masse. La solution des digital nomads semble correspondre à une nouvelle image positive du tourisme bien dans l’air du temps.

Cela signifie, entre autres, de voyager de manière plus respectueuse, plus lente et plus consciencieuse et ainsi de contribuer positivement à d’autres économies locales.

Matthieu Zeilas, lui même un digital nomad, mais aussi soucieux de s’intégrer dans l’économie locale et c’est pourquoi il est devenu membre du business club de la Piaf , le CEP ,comme 50 autres entrepreneurs de Majorque et de la Francophonie.

Il travaille à distance en qualité de freelance chef de produit pour le lancement de nouveaux projets. Il a ouvert sa première destination à Majorque au cours de l’été 2020.

En ce mois de février 2021 il aura soutenu une trentaine d’indépendants et travailleurs à distance en les accueillant à Palma coliving.

www.palmacoliving.co

Instagram : @palmacoliving.co

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.