Accueil / Guide Voyageur / Jaume II de Majorque, un roi sous influence française
roman-piña-homs-majorque

Jaume II de Majorque, un roi sous influence française

Comme promis le mois dernier lors de l‘entrevue que Román Piña Homs nous avait accordée, voici la première chronique concernant le roi Jaume II de Majorque. Visiter Majorque pour ses plages ou ses restaurants n’empêche pas de s’intéresser à sa culture et son Histoire. Ces courts billets vous donneront probablement envie d’en savoir plus !

Les débuts du Règne de Majorque

jaume-II
Jaume II

Le premier roi de la monarchie dite « privative » de Majorque est Jaime II, fils de Jaime I, conquérant de l’île en 1229 et de sa deuxième épouse, Violante, fille du roi Andrés II de Hongrie.

Il est né le 30 mars 1243 à Montpellier et tout semble indiquer que son père pour faciliter les relations avec la France le destine à devenir roi de Majorque et de ses territoires du sud de la France, tandis qu’il réserve à son fils aîné Pedro, la Couronne d’Aragon.

En créant ce territoire neutre des îles, Jaume I espère désamorcer un possible conflit dû aux ambitions territoriales des français d’un côté et des catalono-aragonais de l’autre.

Un roi majorquin éduqué à la cour de France

Esclaramunda_de_Foix1
Esclaramonde de Foix

Pour atteindre ses objectifs de paix avec son voisin français, Jaime I, dans un premier temps signera en 1258 le Traité de Corbell avec Louis IX, dans lequel le monarque aragonais renonce à ses ambitions au-delà des Pyrénées et en retour, Saint Louis, descendant de Charlemagne, renonce à ses droits sur la Catalogne, et dans un deuxième temps il enverra son second fils Jaime à la cour Parisienne pour parfaire son éducation.

Le futur roi de Majorque est ainsi éduqué dans la culture française et c’est sous l’influence de la Cour qu’il épousera, Esclaramonde, fille du comte de Foix. De ce mariage découleront les engagements ultérieurs qu’il aura avec la France au dépend du royaume d’Aragon.

Ces engagements lui coûteront ses territoires suite à la défaite des français lors de la guerre qui les opposera aux aragonais. Territoires qu’il récupérera par le Traité d’Agnani, grâce à la papauté et à Philippe le Bel qui feront pression sur le monarque aragonais.

L’influence de la culture française se fait évidente dans la construction de l’église de Santa Eulalia de Palma, entreprise conformément au style gothique Français.

Un chroniqueur aragonais rappelera que « le roi de France avait une telle ascendance sur le roi de Majorque que ce dernier semblait plus proche et en confiance avec la cour de France qu’avec celle du roi, son père ».

Un tuteur mondialement reconnu de nos jours

Le tuteur du roi Jaime II, le philosophe et mystique Ramón Llull, sera aussi étroitement lié à la France. Depuis Rocamadour il commence le chemin français de Saint Jacques de Compostelle et c’est à Montpellier qu’il écrit son livre de Blanquerna, comme il l’a lui-même déclaré.

En outre, Jaime II dans son domaine de Montpellier, seigneurie partagée avec le roi de France, va promouvoir l’université de la ville, convertie en pontificale durant son règne, en 1289.

 

 

À propos de Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano et plus récemment travaillé avec le cabinet MG PEP’S, spécialiste en hygiène alimentaire . Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.