Villes et villages

Ariany, village méconnu du Pla de Majorque

Passer inaperçu ne signifie pas manquer d’intérêt, Ariany au cœur du Pla, la région centre de Majorque possède quelques atouts dans son jeu !

IPS Inmo Majorque

Situé à 49 km de Palma dans le Pla de Majorque, limitrophe de Petra, Sineu, Maria de la Salut  et Santa MargalidaAriany (prononcez Ariagne), après deux essais infructueux en 1925 et 1949, est devenu le dernier village de Majorque à avoir obtenu son indépendance municipale en 1982. Auparavant il appartenait à la municipalité de Petra.

Le Pla de Majorque, le grand inconnu des non-majorquins (et de quelques majorquins aussi !)

Le paysage typique de la région centrale de Majorque, le Pla

La méconnaissance de cette région a plusieurs causes : elle est éloignée des lieux touristiques traditionnels, pas de plages, pas de montagnes, pas de restaurants à la mode. 

Elle est également boudée par les résidents qui lui reprochent le manque de routes qui la relient aux villes principales de l’île.

Finalement, cet isolement a été le meilleur moyen de préserver le paysage et le patrimoine culturel et d’éviter ainsi, la perte de son identité et de ses racines comme d’autres villages, victimes de leur succès.

L’attachement ancestral à l’agriculture est le fondement du paysage d’Ariany. Toutes les formes et les couleurs que l’on y trouve rendent hommage à la campagne et la vie rurale : sarments de vignes, champs de céréales ou de melons, moulins à vent sans oublier les élevages de moutons et de porcs, traditions familiales à Ariany.

Quand la terre du milieu était la plus précieuse

Les terres d’Ariany ont été peuplées dès l’époque pré-talayotique, selon les indications des sites archéologiques des environs.

Le nom du village vient d’une possesió appelée Arian à l’époque de Jaume I le roi conquérant de Majorque en 1229. Elle a appartenu à la famille Cotoner, l’une des plus influentes de la noblesse majorquine. Pendant la guerre de succession, grâce au soutien apporté aux Bourbons, Le roi Felipe V a récompensé les Cotoner par le titre de marquisat d’Ariany en 1717.

Un village de contraste entre la richesse de son patrimoine historique et la sobriété de son architecture

Le meilleur point de départ pour visiter un village est souvent la place de l’église. À Ariany, Notre Dame d’Atocha a d’abord été un oratoire construit en 1570 et dédié à la Mare de Déu de les Neus

Le marquis Marc Antoni de Cotoner qui résidait habituellement à Madrid, offrit aux Arianyers une nouvelle église, terminée en 1737, avec une réplique de l’image de la Vierge d’Atocha de Madrid.  Entre 1908 et 1913, le clocher et la tour ont été ajoutés. Puis en 1927, un orgue du maître d’œuvre Anton Cardell a été installé dans le chœur.

L’église de Notre Dame d’Atocha au coeur du village d’Ariany

La maison S’auberg 

 Située juste à côté de l’église, elle est à l’origine du noyau urbain d’Ariany, résidence majorquine des marquis de Cotoner. Elle se distingue surtout par son imposante porte voûtée en pierre. Non loin, un joli chemin pavé, appelé el Camí de Sa marquesa, reliait dans le passé la Maison s’Auberg à la possesió Son Sureda de Manacor.

Les Cotoner font partie des 9 principales familles nobles de Majorque, surnommées les Butifarra par les autres habitants de l’île. On considère qu’il s’agit d’ un dérivé de botifler (personne qui porte des bottes), le nom donné aux partisans du prétendant Bourbon Philippe V pendant la guerre de succession. 

Les armoiries d’Ariany représentent des clefs et un plant de coton, faisant référence à cette famille illustre.

Trois croix se détachent comme un héritage spirituel, à différents endroits du village. 

Sa Creu, en grès avec son style néoclassique, date de 1856. C’est la plus intéressante sur le plan artistique. Ce symbole latin aux bras droits, reçoit le jour de Pâques la célébration de la Rencontre et le jour du Ram, la bénédiction des rameaux d’olivier s’y déroule.

Dans la Calle de María, la Creu de les Voltes de Son Bonany a un design plus moderne et la Creu de la Plaça de l’Església est elle, la plus récente, érigée en 1970.

Les aljibes, points d’eau indispensables sur une île sans rivières

Pou Bo et Pou Juró sont situés sur le Camí de Son Gibert ou Camí de Petra, très proches l’un de l’autre. Le premier et plus ancien, oasis dans le paysage, servait d’abreuvoir pour les animaux mais aussi pour les hommes.  Quant à Pou Juró, il servait principalement de lavoir, la qualité de l’eau étant inférieure.

Le 3º aljibe, Saljub, date du XIXº siècle, il peut recueillir 800 000 litres d’eau !

Les moulins à vent,  les stars incontournables du paysage majorquin

Sept tours de moulins à vent sont encore debout dans ce pays de légendes. 

la restauration du molí de Sa Cabaneta grâce au consell de Mallorca

Sur la route vers Maria de la Salut, le Molí d’en Marinero est le plus populaire. Il date de la fin du XVIIIe siècle.

Un autre des plus légendaires est le Molí d’en Rigo. A l’intérieur se trouve une niche avec la figure de Saint Antoine. Au-delà du centre ville, on aperçoit l’élancé  Molí d’en Guillem Gener et à ses côtés  le Molí de Bernat Gener, une tour de moulin avec une base construite en 1910 et qui a fonctionné jusqu’en 1934.

Sur le cami de Calderitx, se trouve le Molí de ses Comunes ou En Xarop. En continuant sur le camí des Camp, on trouve les ruines du Molí d’en Piuló et enfin le Molí de sa Cabaneta.

Les festivités d’Ariany

Comme toutes les communes rurales, ces rencontres traditionnelles sont encore bien ancrées dans les habitudes des Arianyers.

Le marché hebdomadaire a lieu tous les jeudis sur la Plaza Mayor et propose des produits locaux , des vêtements, de l’artisanat et des fleurs.

Le dernier dimanche de juillet a lieu la fête de l’indépendance de la commune, alors que le dernier dimanche du mois d’août est consacré à la célébration de la Virgen d’Atocha, patronne de la commune depuis 1717.

Des itinéraires de randonnées et de cyclisme sans grandes difficultés

les champs du Pla de Majorque pendant la saison des foins

Vous pouvez faire aisément le tour de la commune et ainsi admirer les nombreux moulins, cela ne vous prendra pas plus d’une heure. Vous pourrez profiter du paysage campagnard typique du pla de Majorque

En période des foins, après avoir été fauchée, l’herbe est retournée pour la faire sécher au soleil pendant plusieurs jours, puis ensuite mise en andains, et pressée en bottes rondes. 

Une autre excursion commence aux abords du village, du Cami vell d’Arta au torrent Borges. Sa difficulté résulte uniquement dans sa longueur, presque 17 km !

Si vous êtes adeptes du cyclotourisme en famille, les alentours d’Ariany sont indéniablement un des meilleurs choix

Le village d’Ariany

Crédits : mallorca-touristeguide.com, turismepetit.com, plademallorca.net, conselldemallorca.cat, es.balearity.com

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.