Villes et villages

Felanitx, ville du Migjorn de Majorque

Au Sud-Est de Majorque, dans la région du Migjorn, à 50 km de Palma, Felanitx est une ville de 17.500 habitants dont une communauté internationale dynamique.

Dray & Partners
5/5 - (5 votes)

Felanitx est une commune composée de villages et hameaux : Ca’s Concos des Cavaller, Es Carritxó, S’Horta, Portocolom, Son Valls, Son Mesquida, Son Negre, Son Prohens, Cala Ferrera et Cala Serena. Elle est entourée des villes de Manacor au nord, Porreres et campos à l’ouest de Santanyi au sud.

Entre conquête, révolution et catastrophes naturelles, Felanitx a su se réinventer

Deux origines sont attribuées à son nom : De l’arabe  Fel Hàni ou Falhànis, qui signifie Ravin ou du latin foenum (« foin ») et les suffixes « ale » et « ilus », champs de foin. 

Cependant, c’est bien avant les invasions romaines et musulmanes que les premiers colons se sont installés à cet endroit. Lors de fouilles archéologiques, des vestiges de l’âge de bronze ont été retrouvés.

Avant la conquête Chrétienne en 1229, Felanitx regroupait un certain nombre d’habitants autour d’une mosquée. Dans la répartition des territoires, faite par Jaume I, Nuno Sanç, comte de Roussillon a été le premier seigneur chrétien de Felanitx. 

En 1300, le roi Jaume II a accordé à Felanitx, ainsi qu’à d’autres villes de Majorque, sa charte fondatrice. Ainsi, la commune est officiellement née et commença à se développer.

La Rébellion des Germanies au XIVº siècle

Mais ce qui a profondément marqué l’histoire de Felanitx est un épisode tragique qui se déroula durant la révolte des Germanies, un mouvement social de rébellion de paysans et artisans contre la noblesse qui a eu lieu à Valence et à Majorque au début du règne de Charles Ier, entre 1519 et 1523.

En 1522, Onofre Ferrandell fût nommé maire de Felanitx par le vice-roi. Alors qu’il se présentait à la population de la ville, le 6 novembre, pour lire les chartes royales, il fût assassiné avec d’autres de ses partisans par les troupes des Germanies dont le chef Joanot Colom était également felanitxer. 

Ce dernier fut finalement emprisonné au château de Bellver et exécuté le 3 juin 1523. Décapité et écartelé, les 4 morceaux de son corps furent exposés sur des poteaux en divers endroits de la ville, scellant ainsi la fin de la révolte.

 Le XIX º siècle, le siècle d’or de Felanitx

Au cours du XIXe siècle, la vie économique de Felanitx était à son apogée avec près de 9.000 habitants. Cependant, le 31 mars 1844, dimanche des Rameaux, une tragédie s’est abattue sur la ville lorsque, Sa Timba, un remblai juste à côté de l’église, s’est effondré, coûtant la vie à 422 personnes.

En 1886, la régente Maria Cristina accorda le titre de ville à Felanitx, qui à cette époque était la troisième ville de l’île, après Palma et Manacor, et représentait 5 % de la population totale de Majorque.

Une grande partie de sa richesse économique provenait de l’industrie vinicole car elle possédait la plus grande extension de terrain consacrée à la culture de la vigne. Malheureusement en 1891, le phylloxéra s’abattit sur tous les vignobles de Felanitx, provoquant le déclin de la région.

Au fil des ans et jusqu’au XXe siècle, l’activité économique s’est progressivement redressée grâce à l’agriculture et à l’élevage. En 1910, la Estación Enológica est créée et en 1920, la cave coopérative Es Sindicat.

De nos jours, Felanitx bénéficie aussi de l’essor du tourisme et reste historiquement renommée pour ses vins et ses eaux de vie (en 1749, 60 distilleries étaient recensées) sans oublier, les câpres dont la production est essentiellement de son fait !

Quelques Felanitxers célèbres

Au Moyen Âge, des Felanitxers tels que le maître tailleur de pierre et architecte Guillem Sagrera, bâtisseur de la Lonja de Palma et en partie de la Seu, le frère Bartomeu Catany, fondateur de l’hôpital général, et le père Bartomeu Caldentey, qui a introduit l’imprimerie à Majorque, se sont distingués.

 Au XVIIIº siècle l’organiste et compositeur Joan Baptista Aulí, et enfin au XXº siècle le cycliste Guillem Timoner, 6 fois champion du monde de demi-fond chez les professionnels et l’artiste peintre, sculpteur et céramiste international, Miquel Barceló dont la fresque dans une des chapelles de la cathédrale de Palma déplace de nombreux curieux.

Un des felanitxers les plus célèbres, Miquel Barceló

Les attraits de Felanitx intra-muros

Felanitx, comme Manacor ou Inca, n’appartient pas à cette liste magique des plus belles villes de Majorque. Et pourtant, elle offre, dans son centre historique, quelques rues et monuments à découvrir.

L’église Sant Miquel

Elle a été construite entre le XIVº et le XVIIIº siècle ce qui explique les différents styles dont le gothique tardif et le style renaissance qui la caractérise. Un édifice imposant auquel on accède par un majestueux escalier.

l’imposante église de Felanitx

La fontaine Santa Margalida

Située en face de l’église, sa légende date de 1490. En raison de la grande sécheresse qui sévissait sur l’île de Majorque, les habitants de Felanitx organisèrent des processions pour demander de l’eau. Au cours de la nuit du 20 juillet, jour de Santa Margalida, l’eau commença à jaillir abondamment à cet emplacement. Ainsi, Santa Margalida est devenue  la sainte patronne de la ville et la fontaine a pris son nom.

Le convent Sant Agusti

En 1603, l’ordre des Augustins a fondé un couvent à Felanitx.  L’église actuelle a été construite entre 1646 et 1699. 

Le couvent de Sant Agusti

Le marché

Le marché de Felanitx se tient tous les dimanches de 9h00 à 14h00 dans le centre du village.

Le marché typique de Felanitx

La fondation Cosme Bauça

Il s’agit d’un musée et d’une bibliothèque qui diffusent l’histoire et la culture de Felanitx grâce à la donation de sa villa Es Molí d’en Bo et d’une grande partie de ses biens par Cosme Bauça, décédé en 1959. La Fondation est reconnue comme Collection muséale du Consell Insular de Mallorca.

Es Molí d’en Bo, la maison de Cosme Bauça siège du musée de la ville

Les fêtes populaires

À Felanitx, les fêtes patronales de la ville, qui ont lieu au milieu de l’été, revêtent une importance particulière. Elles ont lieu le 20 juillet pour Santa Margalida. Sainte patronne de la ville ainsi que le 28 août pour Sant Agustí.

Ces jours-là, a lieu un défilé de dimonios, gigantes, xeremiers et Els cavallets.

Els cavallets est un groupe de danse traditionnelle typique de Felanitx :  6 jeunes garçons de 10 à 13 ans sont déguisés en cavalier portant à la taille un cheval de carton-pâte. ils sont vêtus d’une tunique militaire rouge, d’un pantalon blanc orné de grelot et coiffés d’un chapeau vert. Ils sont accompagnés d’une jeune fille vêtue d’une robe verte et coiffé d’un bonnet rouge. Elle agite de la main un mouchoir blanc qui donne la mesure de la danse accompagnée d’une cornemuse.  

Les danseurs dels Cavallets de Felanitx

La foire du Pebre bord se déroule le dimanche précédent le 18 octobre.

 À voir aux environs de Felanitx

San Salvador

Un des sanctuaires les plus connus de Majorque. Il doit son origine à la peste noire de 1348 qui s’est répandue dans toute l’Europe et a également atteint Felanitx, où quelque 900 personnes sont mortes. Cette même année, une petite église a été construite au sommet de la montagne déjà connue sous le nom de San Salvador. 

Castell de Santuari

Place forte utilisée par les musulmans, il a subi une réforme en 1316 après être devenu la propriété de Nuno Sanç. Le château de Santuari se trouve au sommet du Puig de Santueri à  423 m d’où la vue est impressionnante. En temps très clair, on peut même voir Cabrera et Minorque.

lnscrit au patrimoine culturel depuis 1949, il est l’un des 3 châteaux forts de Majorque avec le castell d’Alaró et le castell del rei de Pollença Ces châteaux se caractérisent par leur situation pratiquement imprenable et leur caractère purement militaire.

Il est entouré d’une aura de mystère : L’archiduc Lluis Salvador rapporte que le château a la réputation d’être hanté par les fantômes. Propriété privée, il est actuellement fermé.  

Le village de Porto Colom

Un charmant petit port de pêche devenu un lieu de villégiature privilégié depuis quelques années

 Quelques randonnées à découvrir

 7 Calas : Un itinéraire de 8km pour découvrir sept jolies criques de la municipalité de Felanitx. Depuis Cala Ferrera jusqu’à Cala Marçal en passant par Cala Serena, Cala Mitjana, Cala Sa Nau, Cala Estreta et Cala Brafi. Toute l’excursion se déroule en bord de mer, avec des zones de rochers, il faut donc prévoir de bonnes chaussures.

De Felanitx à Sant Salvador : Cet itinéraire de randonnée de 9 km est assez facile et l’un des plus célèbres de la commune. Vous atteindrez une hauteur maximale de 481 mètres, ce qui vous permettra de profiter de belles vues sur le littoral de Llevant.

Du Castell del Santuari au monastère San Salvador : Il s’agit d’un itinéraire de 10 km non circulaire avec des chemins de pierres qui rendent le parcours parfois difficile pour des enfants. 

Ruta Grau mitja : Un itinéraire de randonnée qui relie la périphérie de la ville et le Puig de Sant Salvador. Il s’agit d’une excursion circulaire facile de 8,6 km.

Comment se rendre à Felanitx

En voiture, prendre l’autoroute jusqu’à Campos puis la Ma-14 en direction de Manacor.

En bus, prendre le Tib, ligne 501 Palma-Campos-Manacor, à la gare modale de Palma, Plaza de España.

Le château de Santuari

Crédits : ajuntament de Felanitx, balearity.com, mediamallorcatouristguide.com, viagallica,

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page