Villes et villages

Top 10 des plus beaux villages de Majorque

C'est la quiétude et la chaleur de l'âme majorquine que vous retrouverez en flânant dans les ruelles de ces 10 villages sélectionnés parmi les plus beaux de l'île.

Dray & Partners
5/5 - (2 votes)

Majorque est un incontournable du tourisme méditerranéen. Elle est souvent résumée à ses plages de sable blanc et ses paysages de montagne. Pourtant l’âme de l’île ne serait pas complète sans ses villages empreints de charme, de culture et de traditions.

Ils ont su, pour la plupart, garder leur authenticité malgré l’urbanisation moderne qui gagne du terrain. Prenez le temps de vous balader dans les 10 villages que la Piaf a sélectionné parmi les plus beaux, une liste loin d’être exhaustive donc !

Artà

Le traditionnel village d’Artà est niché au cœur d’une grande vallée s’étalant au pied d’une colline verdoyante où trône l’imposant sanctuaire fortifié de Sant Salvador, qui semble le garder. Très attaché à ses racines, Artà a su conserver son essence au fil des siècles.

Le village est célèbre pour son église, la Transfiguració del Senyor, ses traditionnelles céramiques et vanneries, le site talayotique de Ses Païsses, le couvent franciscain de style baroque Sant Antoni de Pádua et, bien sûr, le Sanctuaire de Sant Salvador, qui surplombe le village.

Construit au XIVe siècle, ce dernier abrite des œuvres d’art fabuleuses et un jardin offrant une vue magnifique.

La forteresse mauresque Almudaina d’Artà offre, elle aussi, une vue spectaculaire sur la superbe campagne environnante.

Crédit : Adobe stock

Banyalbufar

Banyalbufar constitue l’un des nombreux joyaux de la Serra de Tramuntana. Il se distingue par sa beauté sauvage et sa situation singulière face à la mer, au sommet d’une colline en terrasses parsemée de fermes et de vignes. Le vin constitue d’ailleurs l’un des attraits du village.

L’influence mauresque que dénotent ses maisons et système d’irrigation lui confère un charme sans pareil.

Parmi les incontournables du village, se trouvent le Port des Canonge, la Torre de Ses Ànimes, la cascade, ainsi que les plages de Cala Banyalbufar et Es Corral Fals. 

Crédit : see-mallorca.com

Cala Figuera

De petites maisons blanches aux volets verts embrassant les eaux turquoise de la Méditerranée, des barques de pêcheurs dansant sur les vagues, des pins et des figuiers se balançant au gré du vent… Le petit village de pêcheurs de Cala Figuera est un endroit au charme unique qui a su préserver son authenticité.

À côté du port, se trouvent, d’une part, une magnifique promenade bordée d’arbres, de boutiques et de restaurants de poisson et, d’autre part, des sentiers s’enfonçant dans la pinède. L’endroit idéal pour une jolie balade sentant bon la mer et la végétation méditerranéenne !

Bien que Cala Figuera n’ait pas de plages de sable, elle dispose de plusieurs zones de rochers, idéales pour prendre un bain dans des eaux particulièrement cristallines.

Le soir, enfin, vous aurez le plaisir d’assister au spectacle pittoresque des pêcheurs préparant leurs filets pour le lendemain matin.

Crédit : Adobe stock

Capdepera

Avec son Château et ses remparts surplombant la colline, le village fortifié de Capdepera offre une vue unique au visiteur qui s’en approche.

La forteresse, construite au XIVe siècle sous Jaume II, fils du conquérant de Majorque, pour faire face aux attaques pirates, fait l’objet d’une foire médiévale célèbre, ayant lieu chaque année au mois de mai. Le château n’est cependant pas le seul attrait de Capdepera. En effet, la campagne environnante, d’une beauté époustouflante, fait le bonheur des randonneurs et cyclistes.

Par ailleurs, Capdepera est aussi célèbre pour son église Sant Jaume et son phare, érigé sur une falaise de la côte du Llevant.

Village de Capdepera à Majorque
Les ruelles de Capdepera. Crédit : Canva Pro 

Deià

La beauté du village de Deià est si singulière que c’est là que l’écrivain anglais Robert Graves a choisi de passer une bonne partie de sa vie, dans ce merveilleux compromis entre mer et montagne. Deià est un village plein de couleurs, où le turquoise de la Méditerranée côtoie le vert de la Serra Tramuntana, le rose vif des bougainvilliers et l’ocre des petites maisons de pierre typiques de la région. Rien d’étonnant à ce que le village ait été élevé au rang de Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO…

Deià est le coin le plus bohème de l’île, le village des artistes qui y trouvent une grande source d’inspiration. C’est aussi un village plein de vie, avec ses cafés, bars musicaux, galeries d’art et boutiques artisanales. Depuis quelques années, il souffre malheureusement de son trop grand succès et se retrouve souvent envahi par des centaines de voitures qui se garent sur le bord de la route. Allez-y plutôt hors saison ou tôt le matin !

À part la balade dans le village, ne manquez pas le Musée de Son Marroig sur l’Archiduc Lluis Salvador, la maison de Robert Graves et les criques Cala Deià et Sa Foradada.

Crédit : wikipedia

Esporles

À 15 mn de Palma seulement, Esporles est un magnifique havre de paix. Traversé de part en part par un torrent, il a su conserver son charme d’origine, avec ses maisons rustiques, son agriculture, ses vastes forêts de chênes verts et sa promenade centrale, longée de cafés et restaurants. Envahi d’une végétation exubérante, il est très différents des autres villages et semble parfois avoir oublié qu’il est méditerranéen !

Esporles, un joli village de la Serra de Tramuntana,

Estellencs

Estellencs, ou vallée d’étoiles, tiendrait son nom de la quantité d’étoiles qu’on y verrait, la nuit venue. Bien que bordé par les eaux turquoise de la Méditerranée, Estellencs est, lui aussi, un village de montagne. Situé au pied du Puig de Galatzó, enfoui au cœur d’une nature luxuriante, il s’agit de l’un des plus petits villages de la Serra de Tramuntana et l’un des moins habités de toute l’île.

C’est sans doute ce qui lui a permis de conserver ce caractère sauvage qui lui est propre et de jouir d’un patrimoine naturel et culturel de qualité. Vous pourrez y visiter l’église de Sant Juan Bautista datant du XVIIe siècle avec sa tour de défense médiévale et son clocher, la tour de Tem Alemany du XVIe siècle et les lavoirs publics.

Crédit : my-mallorca-trip

Fornalutx

Connu comme « le plus beau village d’Espagne », Fornalutx est l’un des trésors cachés de Majorque. Niché au cœur des montagnes de la Serra de Tramuntana, il a des airs de crèche avec ses maisons de pierres caractéristiques de l’île. Les orangers et citronniers qui l’entourent complètent ce paysage de carte postale, tout en embaumant ses rues pavées d’un arome doux et fruité.

Fornalutx était à l’origine une ferme mauresque qui commença à prendre la forme qu’on lui connaît sous la reconquête catalane du XIIIe siècle.

La mairie, avec sa tour de défense datant du XIIe siècle, mérite une mention spéciale, à l’instar de l’église, joli mélange de styles gothique et baroque.

Le joli village de montagne de Fornalutx. Crédit : Expedia

Sóller

Sóller domine la dénommée « Vallée des orangers » qui apporte de ravissantes touches de vert et orange à son paysage.

Longtemps isolé du reste de l’île par les montagnes, le village a développé au XIXe siècle une communication privilégiée avec la France vers laquelle il exportait des oranges et citrons. De nombreux Sollerics partirent d’ailleurs travailler à l’Hexagone puis revinrent avec de grandes fortunes qu’ils investirent dans la construction de certains des plus beaux bâtiments modernistes qui ornent le village.

Ainsi, nombreuses sont les familles franco-espagnoles à Sóller et les marques de cette fusion culturelle.

Bien que pionnier sur le plan architectural, Sóller a su conserver son charme d’antan. La meilleure façon d’y accéder reste d’ailleurs son train de bois qui le relie à Palma depuis plus d’un siècle à travers montagnes et vallées. Le tramway qui le connecte à son Port n’est pas moins pittoresque.

Après avoir arpenté ses rues pavées longées de boutiques, toutes plus charmantes les unes que les autres, visitez l’imposante église de Sant Bartomeu, la Mairie et le Banco de Sóller avant de vous asseoir à l’une des terrasses de la Plaça Constitució, à l’ombre des orangers. Le musée d’art de Can Prunera et le Jardin botanique sont aussi à voir absolument, de même que le Port de Sóller où vous pourrez faire une agréable promenade et vous restaurer.

Crédit : Adobe stock

Valldemossa

Perché sur les vertes montagnes de la Serra deTramuntana, le petit village de Valldemossa offre une vue délicieuse depuis la route qui y mène. Ses petites maisons de pierre jaune aux volets verts et aux façades surmontées de pots de fleurs multicolores, semblent tout droit sorties d’un tableau de Paul Cézanne.

Au cœur de ce paysage idyllique et comme figé dans le temps, se dresse, superbe, la Chartreuse de Valldemossa. Lieu de résidence du compositeur Frédéric Chopin et de l’écrivaine George Sand au cours de l’hiver 1838-1839, il s’agit d’une visite inoubliable, alliant histoire et culture, dans un cadre époustouflant de beauté.

Valldemossa est l’un des villages les plus pittoresques de l’île de Majorque. Arpenter ses coquettes rues pavées est un véritable voyage dans le temps qui vous permettra de faire de jolies découvertes : la Grand-Place, le vieux lavoir, la chapelle consacrée à Santa Catalina Tomàs, sainte originaire du village.  Tout ici vous ramène à des temps anciens.

Ne partez surtout pas sans avoir goûté à la spécialité du village : la coca de patata de Ca’n Molinas, brioche à la saveur et au moelleux inégalables.

Crédit : Adobe stock

Un aperçu du village de Valldemossa

Crédits : Skyscanner, 101 Viajes Increíbles, Canalviajes, Condé Nast Traveler, Minube, Dario de Mallorca, abcMallorca, inpalma.com, Mundo x descubrir, The culture trip, SeeMallorca, Global Grasshopper

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page