Villes et villages

Le village de Montuïri à Majorque

IPS Inmo Majorque

Perché sur une colline de la « terre des moulins », le village médiéval de Montuïri est un parfait exemple de la Majorque rurale et traditionnelle.

Au cœur agricole de l’île, à 30 km de Palma, il mérite vraiment le détour car à travers les siècles, il a gardé l’empreinte des civilisations qui l’ont occupé et lui ont donné son caractère authentique et singulier.

En latin, son nom signifie « village de montagne » et ses moulins à vent pittoresques magnifiquement conservés sont le symbole de son identité, liée historiquement à la production céréalière et de farine.

Depuis la Préhistoire

Les premières traces de présence humaine remontent à l’âge de bronze et Montuïri abrite l’un des sites archéologiques les plus importants et les mieux conservés de Majorque : Son Fornés.

Un site archéologique de grande valeur (crédit Joana Leal)

Il est situé sur la route qui mène à Pina à 2,5 kilomètres du centre-ville, sur un site de plus de 3 hectares. De nombreuses campagnes de fouilles ont été menées depuis 1975 sous la direction de l’Université de Barcelone, elles ont révélé un tracé d’architecture monumentale de plus de 1500 m2.

La visite est curieuse et étonnante, car vous découvrez les transformations d’un village depuis sa fondation à l’époque mégalithique avec le plus grand talayot de Majorque (17 m de diamètre et plus de 4 m de haut) jusqu’à l’aire centrale où sont édifiés 2 sanctuaires “jumeaux” d’origine romaine.

Ces bâtiments forment un réseau de rues qui conduisent à un système d’évacuation des eaux, unique dans le registre archéologique de l’île.

Le « Molí des Fraret » un authentique moulin à farine du XVIIIème siècle abrite le Musée Archéologique et expose les objets originaux récupérés lors des fouilles du site : vaisselle en céramique, ustensiles en os, outils en pierre, objets en bronze et en fer…

Un témoignage passionnant d’une longue période de la Préhistoire de l’île de Majorque tout au long du premier millénaire avant notre ère.

Son Fornés et le musée proposent des visites guidées toute l’année et font partie de l’itinéraire “Visite touristique de la Majorque préhistorique et traditionnelle”.

Le musée dans un moulin (crédit Consell de Mallorca)

Nous vous conseillons de commencer votre visite par le musée pour ensuite parcourir le joli sentier bordé de murs de pierre sèche, d’oliviers et d’amandiers qui vous amènera au site.

L’histoire du village

Le village a été constitué en 1300 par une « charte de population » octroyée par le roi Jaume II. Suivant les ordres du monarque, le noyau urbain se structure sur l’axe reliant les deux emplacements primitifs les plus élevés de la colline, formant ainsi les 2 premières rues « Major » et « Pujol ».

Les autres rues ont été tracées parallèlement et perpendiculairement, ce qui a donné au village sa caractéristique de “Quadrat », un village carré.

En vous promenant dans les jolies rues pentues, vous découvrirez des bâtiments reflétant l’influence arabe, l’architecture médiévale et les grandes demeures seigneuriales témoins des riches résidents du passé, quand Montuiri était un village favorisé par les prêteurs.

Le coeur du village

Commencez votre visite par la calle Major où se trouvent les plus belles constructions d’intérêt patrimonial comme les maisons rurales de la Possessió de Son Rafael Mas.

A l’angle, prenez l’escalier de la ruelle pour accéder à la « Plaça Vella » (la vieille place) située sur un terrain très rocheux. Cette place est déjà documentée au début du XIVème siècle et alors nommée Plaça de la Carnisseria : la place de la boucherie.

Elle abrite certains des bâtiments les plus anciens et leurs éléments caractéristiques de l’architecture traditionnelle, comme les arches des portails, les corniches de tuiles, les gargouilles et détail curieux, les fenêtres sur les toits qui servaient à entrer la paille.

Soyez attentifs car dans un coin de cette placette carrée se dresse un édifice singulier, celui du médecin Miquel Ferrando Obrador (début du XXème siècle) de style régionaliste conçu par l’architecte Guillem Forteza, son jardin accueille des éléments modernistes très intéressants.

Au cœur du village, la Plaça Major était le siège de l’ancienne université locale, aujourd’hui s’y trouvent la mairie et l’ensemble des bâtiments paroissiaux.

La Plaça Major et les rues pentues du village (crédit Joana Leal)

L’église de Sant Bartomeu dont l’édification commence au début du XIVème siècle est d’une imposante sobriété, elle se dresse sur une vaste esplanade pavée.

Elle a superbement évolué au fil des siècles, avec son clocher construit en 1552 et entre le XVIème et le XVIIIème son agrandissement, la construction des voûtes des chapelles et du presbytère, un bel édifice aux éléments gothiques.

A droite de l’esplanade se trouve le buste d’un enfant du pays, le père Antoni Martorell i Miralles (1913-2009), musicien de renommée mondiale, déclaré fils illustre de Montuïri en 1985.

A gauche, se dresse la maison connue sous le nom de Ça s’Escolà (1553) utilisée comme bâtiment funéraire jusqu’en 1823 quand le cimetière fut déplacé à la périphérie de la ville.

Es Molinar, le quartier des moulins

Es Molinar, la partie la plus ancienne et la plus élevée du village, commence sur la Plaça de Ses Très Creus, ainsi appelée à cause des 3 croix de bois incrustées dans la façade d’une maison.

Au centre de la place où se négociaient les céréales et les légumes secs, se trouve aussi la Creu del Calvari (XVII/XVIIIème siècle) une croix en pierre.

Une église et d’un presbytère y sont déjà documentés en 1248, ils ont été remplacés par l’église de Sant Bartomeu sur ordres du roi Jaume II au moment de la formation du village.

Les moulins richesse patrimoniale de Montuïri (crédit Consell de Mallorca)

Par son élévation, c’était le lieu idéal pour la construction des moulins à vent, un outil indispensable pour les habitants pendant la croissance économique du XVIIème siècle.

La force du vent déplaçait les pales et permettait la mouture des céréales cultivées sur les terres fertiles des environs, fournissant ainsi la farine pour l’aliment de base : le pain.

Les moulins ont alimenté Montuïri jusqu’au XIXème siècle, mais avec l’arrivée de l’électricité, ils ont été remplacés par l’industrie farinière mécanique.

Aujourd’hui, 8 jolis moulins pittoresques sont conservés dont celui D’en Ferrando, intégré au centre culturel, il présente une grande esplanade en plein air d’où vous profiterez des vues spectaculaires sur l’environnement naturel de Montuïri.

Le folklore du village

La Plaça Major est le théâtre de deux activités enracinées dans le cœur des « montuïrers » et « montuïreres ».

La célébration du Patron du Village : Sant Bartomeu, le 24 août, jour où les « Cossiers » de Montuïri accompagnés par le Dimoni (démon) dansent en défilant dans les rues.

La danse des “cossiers” et del Demoni (crédit CAIB)

Cette danse constitue un symbole de l’identité locale et la troupe de danseurs a reçu le prix Ramon Llull des Îles Baléares en 2012.

La « Fira de sa Perdiu », la curieuse et originale « Foire aux Perdrix » qui se déroule toujours le 1er dimanche de décembre.

Le marché traditionnel hebdomadaire a lieu le lundi et les étals sont remplis de produits artisanaux et locaux et de produits frais du terroir : fruits et légumes, olives, charcuteries…

Sources : Turisme Montuïri, Club rural

Tags

Joana Leal

Je suis née entre 2 cultures radicalement différentes qui m’apportent une vraie richesse, grâce à une maman belge voyageuse qui découvre l’île dans les années 60 et rencontre un charmant majorquin, l’amour de sa vie. Toutes les vacances de mon enfance ont le goût salé de la mer, le chant des grillons dans les pinèdes et le bonheur de retrouver ma tatita (grand-mère) les cousins et les cousines dans les grandes fêtes de San Jaime. Mon métier de Responsable Communication et Evénements, d’abord dans une radio belge et ensuite pour Mons, ma belle ville culturelle et chargée d’histoire, m’a toujours passionné. Mais le gris du ciel devenait de plus en plus pesant et comme une évidence, je savais où trouver la lumière ! Depuis un an j’ai posé mes valises… je retrouve mes racines et vis enfin mon grand amour et ma passion pour Majorque !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.