Villes et villages

Les villages de Mancor, Selva et Caimari

3 villages typiquement majorquins au coeur du Raiguer, une région propice à la zénitude !

IPS INMO ips inmo majorque

L’île de Majorque se divise en 6 “comarcas” (régions.). El Pla et el Raiguer forment le centre de l’île, une des zones les plus authentiques de Majorque. Elle est principalement dédiée à l’agriculture et la viticulture. 

 La comarca de Raiguer est un endroit idéal pour découvrir de magnifiques paysages faits de champs, de vignes, d’oliveraies et d’innombrables amandiers.

En toile de fond,  la Serra de Tramuntana, patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2011, déploie quelques uns de ses sommets Puig des Rafalet  (482 m), Puig de Suro (644 m) et Puig de sa Creu (672 m).

                         Les 6 régions de Majorque

Le raiguer, une région moins touristique

 Loin des routes touristiques classiques, vous y trouverez de nombreux petits villages au charme particulier où parfois le temps semble s’être arrêté : rues étroites pleines de dénivelés avec de vieilles maisons construites en pierre, pistes cyclables et sentiers de randonnée. 

Un petit paradis pour se déconnecter du bruit et de la foule. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

En effet, Le Raiguer au XVIIº siècle a été marqué par les querelles de nobles (ou bandits selon les points de vue !). La célèbre bataille estivale entre les Canemunts et les Canavalls rappelle cette époque particulièrement violente.

Mancor de la Vall, Selva et Camairi sont 3 de ces petits villages parmi d’autres. Une belle journée vous suffira pour en découvrir le charme.

Mancor de la Vall

Mancor de la Vall, qui jusqu’en 1930 appartenait à la municipalité de Selva, se situe dans une petite vallée entourée de montagne et traversée par les torrents Massanella et Biniarroi qui convergent  pour se jeter dans le torrent San Miguel à Campanet.

                                                Mancor de la Vall
                                            Crédits : ibalears.com

Un riche passé historique

Comme dans toute l’île on trouve ici des Talayots, le talayot de clot dels diners y conia. Ces monuments de pierre typiques de la préhistoire à Majorque  peuvent sembler modestes mais sont le symbole de mystérieux rituels remontant à l’Antiquité, comme la grotte Montaura  où les autochtones enterraient leurs morts.

L’origine du nom Mancor provient de la civilisation musulmane. Un clan berbère appelé Manquir aurait émigré à Majorque entre le VIIe et le XIe siècle s’installant dans 2 parties de l’île, la région où se trouve aujourd’hui Mancor et plus loin vers Manacor, d’où la similitude entre les 2 noms.

 Jusqu’en 1229 lorsque le roi Jaume Ier d’Aragon conquit l’île, l’actuel district de Mancor de la Vall était composé de quatre fermes : Mancor, Benorio, Maizarella et Benizar, aujourd’hui connues sous les noms de Mancor, Biniarroi, Massanella et Biniatzent. 

 le roi, Jaume I les offrit  aux nobles qui l’accompagnèrent durant sa conquête. Elles font partie des plus de 1250 possessiones de Majorque.

C’est à partir de la conquête chrétienne que les églises et chapelles commencèrent à s’ériger dans toute l’île.

Paysage de la comarca du Raiguer

 

L’oratoire de Santa Lucía et l’église de Saint Jean-Batipte

L’oratoire de Santa Lucía est une petite église médiévale construite à partir de 1275. Elle est  située au sommet d’une colline de Mancor de la Vall et jusqu’au début du XVIIe siècle, elle était le centre de culte des villes de Mancor, Biniarroi, Massanella et Biniatzar. 

Elle a subi des réformes majeures tout au long de l’histoire, tout en conservant nombre de ses caractéristiques d’origine. Au XXe siècle, un grand bâtiment lui a été rattaché, utilisé pour des activités spirituelles par les congrégations religieuses qui le dirigent.

Pour ne plus avoir à se rendre à Santa Lucia pour assister à la messe, les Mancori  ont commencé en 1572 une église à l’intérieur du village dédiée à Saint Jean-Baptiste qu’ils ont bénie en 1606.

La vie des Mancori jusqu’au XIXº siècle

Jusqu’au XIXº siècle, les habitants du Raiguer vivaient principalement du travail agricole, de l’exploitation de la forêt et de l’élevage du bétail. Les petits propriétaires, qui étaient majoritaires à Mancor de la Vall, s’occupaient directement de leurs fermes. Ceux qui avaient plus de terres utilisaient des esclaves ou des ouvriers peu payés. 

 L’oléiculture était l’activité la plus productive de la campagne de Mancor de la Vall. Pendant la saison de la récolte, non seulement il y avait des emplois pour les hommes et les femmes du village, mais les cueilleurs venaient également des villages du Pla, attirés par des salaires acceptables et la coutume de recevoir une quantité d’huile à la fin de la saison.

La petite histoire dans la Grande !

Ceux qui voulaient gagner leur vie en dehors des champs allaient apprendre des métiers manuels à Inca, ainsi l’artisanat de la chaussure s’est particulièrement développée dans cette région, avec Inca comme capitale. 

La collecte de la neige était importante pour certains des habitants de la région : Les «cases de neu» ont été construites en creusant des trous dans les pentes de la montagne. La neige y était stockée pendant l’hiver afin qu’il y ait un stock de glace au printemps et au début de l’été sur l’île. 

Ces blocs de glace ont été découpés en blocs plus petits appelés «pans de neu» qui étaient transportés vers Palma et d’autres parties de l’île où ils étaient vendus à des fins domestiques pour  les familles de l’île. C’est ainsi que Joan de S’aigo, au XVIIIº siècle eut l’idée de mélanger cette neige avec du jus de fruits devenant le précurseur du sorbet à Majorque et fondant Can Joan de S’aigo, un des glaciers les plus connus de l’île.

Au XXº siècle, petit à petit l’hégémonie de l’agriculture a fait place à celle du tourisme et nombres de possessiones se sont transformées en agrotourisme pour continuer à survivre. 

Le Raiguer

Les activités de Mancor de la Vall

  • Le marché traditionnel hebdomadaire a lieu tous les lundis matins.
  • La fête patronale de Saint Jean-baptiste est le 24 juin. Une série d’événements culturels et festifs sont organisés pour les jeunes et les moins jeunes, tels que le ball de bot, le défilé de demoni y gegants (diables et géants),, un dîner populaire, un tournoi de tennis etc.
  • La Foire de l’esclata-sang a lieu fin novembre pendant 3 jours. L’esclata-sang est un délicieux champignon dont les majorquins raffolent et durant 3 jours les mancori lui rendent hommage à travers des  expositions de produits artisanaux et autres plats à base de champignons, danses populaires, Nuit du feu, géants,  xeremiers (sorte de cornemuse) etc.

 Quelques idées d’excursion depuis le village 

Vous pourrez retrouver toutes ces excursions dans les nombreux guides online ou papier. Nous vous conseillons l’appli de Wikiloc 

Mancor – Alaró

Une belle excursion, mais assez difficile surtout pour ceux qui ont le vertige, plutôt réservée aux experts.. Il s’agit d’un vaste itinéraire de plus de 23 km de long et d’une durée approximative de 7 heures. L’altitude maximale est de 767 mètres – 

Mancor – Biniaroi

Pour ceux qui ne sont pas si aventureux,Voici une excursion plus facile malgré quelques montées assez raides.  avec un itinéraire de 5 km, lle peut être réalisée en une heure environ. Elle longe des chemins de montagne typiques avec des oliveraies, des pinèdes et des chênes verts.

Mancor – Biniamar

 Il s’agit d’un itinéraire d’une longueur approximative de 4 km et d’une durée inférieure à une heure et facile.Cela vaut la peine de faire l’aller-retour !

Selva

                                            La route vers Selva
                                            Crédits : wikipedia

La municipalité de Selva est composée, outre le village lui-même, de Caimari, Moscari, Biniamar et Binibona, tous situés à courte distance les uns des autres. Le nom de ce village, qui parait si facile à prononcer, se prononce différemment en majorquin. Il faut dire : Sé-ou-va, le “l” se transforme en “u”.

Pour se rendre au Monastère de Lluc, haut lieu de pèlerinage à Majorque, le chemin le plus simple consiste à traverser Selva. On peut s’y rendre également en  empruntant la très belle route MA-10 (en très bon état)  entre Sóller et Pollença, Un itinéraire spectaculaire qui vous fera passer par les embalses de Gorg Blau et cúber et découvrir des paysages à couper le souffle. 

Au centre de Selva sur la plaza mayor se trouve l’église de San Lorenzo. Construite au XIIIº siècle, de style gothique, 42 marches imposantes permettent d’y accéder. Incendiée en 1855, elle a subi de nombreuses réformes et reste le point culminant du village avec sa silhouette qui se dessine au loin.

Crédits : wikipedia

La Cruz de Valella située à l’intersection de la rue Sant Josep et de la rue Cruz était le point de départ des pèlerins vers le monastère de Lluc. C’est une pièce architecturale de style baroque et datant de 1710, très appréciée par ses habitants.

Elle se distingue par le fait qu’elle compte autour de sa base 8 figures sculptées de différents saints, parmi lesquels Saint Georges, Sainte Barbara et Saint Laurent, qui sont d’une grande importance dans la ville.

Les activités à Selva

  • Le marché hebdomadaire tous les mercredis matins
  • La feria de las hierbas : Durant 2 jours se déroulent des festivités autour des herbes et leurs usages, cosmétique, médicinal, culinaire.  Les dates sont variables généralement autour de la mi-juin,. Expositions, ventes, cuisine, démonstrations animent cette foire. Le 2º jour a lieu la procession de la myrte que l’on récolte dans les environs et que l’on ramène au village au son des xeremiers. 

Caimari

                                                             Caimari
                                                  Crédits : wikipedia

Le village est surtout connu pour son huile d’olive et ses agrotourismes où grâce à l’hospitalité locale vous retrouverez un peu du mode de vie majorquin.

Caimari est très similaire à Selva et Mancor de la Vall, prenez le temps de  vous promener dans ses rues calmes aux maisons typiques restaurées avec goût. Et au détour d’une rue vous aurez peut-être la chance de découvrir la petite fabrique de confitures, Margalida Caimari où vous pourrez acheter des confitures faites exclusivement avec des fruits locaux. Un délice !

Ces 3 villages s’apprécient encore plus sans voiture, et c’est en vélo que nous vous conseillons de les découvrir, en arrière saison principalement quand la chaleur sera moindre et la lumière encore plus pure. De belles photos en perspective !

Fira de l’esclata-sang de Mancor

 

Crédits : El mundo, Diario de mallorca, wikipedia

Tags

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.