Visites et Incontournables

Majorque, paradis des artistes

Notre planète regorge de sites merveilleux parmi lesquels notre petite île pourrait bien se perdre. Pourtant, Majorque se distingue, encore et toujours, par sa lumière, ses couleurs, son charme et sa singularité, qui en font un véritable aimant à artistes.

Depuis longtemps, peintres, auteurs, musiciens et comédiens y ont élu domicile pendant des mois, voire des années, pour jouir pleinement de sa douceur de vivre, de ses paysages enchanteurs et de la discrétion de ses autochtones.

L’île, avec ses plages paradisiaques et ses villages de carte postale, est souvent associée à des noms célèbres qui ont trouvé en elle une incommensurable source d’inspiration, et ont pris part à son histoire et sa culture au fil des siècles…

Valldemossa

Le village de Valldemossa

Lorsque Valldemossa, niché au cœur des montagnes de la Serra de Tramuntana, se révèle aux yeux du visiteur au détour d’un virage, c’est l’émerveillement ! Ses rues pavées, reflet d’un autre temps, sont longées de petites maisons de pierre ornées de fleurs et de volets verts, dont le charme et la perfection ne sont pas sans nous rappeler les crèches provençales.

Au centre, se dresse la silhouette protectrice de la Chartreuse, superbe monastère, qui accueillit en son sein le compositeur franco-polonais Frédéric Chopin et sa compagne de l’époque, l’écrivain George Sand, au cours de l’hiver 1838-1839, sur conseil des médecins traitant la tuberculose du musicien.

Bien que leur séjour au sein de la Chartreuse fût parfois aigre-doux, Valldemossa inspira aux artistes l’une de leurs plus belles œuvres respectives : Les Préludes pour Chopin, et Spiridion pour Sand.

Dans la biographie qu’elle écrivit à la fin de ses jours, L’histoire de ma vie, l’écrivain évoquait encore le petit village majorquin : « Je quittais la Chartreuse avec un mélange de joie et de douleur. J’y aurais bien passé deux ou trois ans, seule avec mes enfants. Le ciel devenait magnifique et le lieu enchanté. Notre installation romantique nous charmait… Le malade lui-même eût été adorablement bon de guérir. De quelle poésie sa musique remplissait ce sanctuaire, même au milieu des plus douloureuses agitations ! Et la Chartreuse était si belle sous ses festons de lierre, la floraison splendide dans la vallée, l’air si pur de notre montagne, la mer si bleue à l’horizon ! C’est le plus bel endroit que j’aie jamais habité, un des plus beaux que j’aie jamais vus. »

Le charme unique du village attira aussi d’autres hommes de lettres. Ainsi, le poète nicaraguayen Rubén Darío, le philosophe espagnol Miguel de Unamuno et l’auteur argentin José Luis Borges séjournèrent, eux aussi, au sein de l’emblématique Chartreuse, et évoquèrent la beauté de l’île dans leurs écrits.

Le village est aujourd’hui habité par des peintres reconnus, tels que les Américains Bruno et Natasha Zupan, l’Allemand Nils Burwitz et l’Espagnole Mónica Areilza. Leurs tableaux, largement inspirés par la beauté et la variété des paysages majorquins, tantôt marins, tantôt montagneux, contribuent à la richesse culturelle de Valldemossa.

Si vous vous êtes rendus à Valldemossa il y a quelques années, vous avez sans doute visité le Musée de la Costa Nord, qui a aujourd’hui fermé ses portes. Il avait été fondé par le célèbre acteur américain Michael Douglas en personne, habitant du village et amoureux de Majorque, qui prêtait sa voix et son image aux diverses narrations sur l’histoire et la culture de la Serra de Tramuntana.

George Sand et Frédéric Chopin, L’Express

Deià

Le village de Deià

Perché sur les hauteurs de la Serra de Tramuntana, bercé par les eaux de la Méditerranée, le petit village de Deià tient sa beauté de l’harmonie entre ses couleurs : le vert de la végétation se reflétant dans les volets des maisons, le bleu de la mer en contrebas, l’ocre des petites habitations de pierre, le fuchsia des bougainvilliers… créent un spectacle fabuleux et une sensation de bien-être absolu.

Deià est l’un des villages les plus admirés de Majorque. Et qui dit Deià dit Robert Graves. Le poète et auteur anglais s’y installa en 1929 et y écrivit notamment plusieurs recueils de poèmes et Moi, Claude, roman historique de renommée internationale. Il y vécut jusqu’à sa mort en 1985 et repose depuis à l’ombre des cyprès du petit cimetière du village. Sa maison, Ca N’Alluny est aujourd’hui un musée consacré à sa vie et à son œuvre.

Robert Graves joua un rôle déterminant dans la vie d’un autre auteur britannique, Alan Sillitoe, en l’aidant à prendre conscience de sa vocation pour l’écriture, et en partageant avec lui sa passion pour l’île. Ce dernier s’établit d’ailleurs au Port de Sóller où il démarra, avec son premier roman, Samedi soir, dimanche matin, une carrière d’écrivain prolifique.

Quant au joli village de Deià, il a aussi inspiré d’autres auteurs, tels que l’Argentin Julio Cortázar, à l’origine du célèbre roman Marelle, une des œuvres littéraires les plus lues de la langue espagnole, et des musiciens aussi connus que Mike Oldfield et Kevin Ayers.

Côté peinture, le tournant entre le XIXème et le XXe siècles vit naître l’École de Deià, qui réunissait un grand nombre de peintres latino-américains sous l’égide de l’artiste majorquin Antoni Gelabert. On comptait parmi eux, notamment, l’Uruguayen Pedro Blanes Viale, le Mexicain Roberto Montenegro et les Argentins Cesáreo Bernaldo de Quirós et Francisco Bernareggi. Dans la biographie qu’il écrivit sur ce dernier, Diego Pro rapportait les propos du peintre sur l’île : « Ce paysage de Majorque… est extraordinaire. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c’est. La plage est ombragée par des oliviers millénaires, comme à Cala Tuent, sur les branches desquels les pêcheurs amarrent leurs barques : certains oliviers datent de l’époque des Apôtres […] L’évocation poétique, picturale, musicale et statuaire de son paysage est immense. »

Robert Graves à Deià, Fundación Robert Graves

Formentor

cala-pi-posada-formentor
Formentor

Le Cap de Formentor ne laisse personne indifférent. Sa côte sauvage boisée de pins et ses eaux cristallines composent un paysage d’une beauté époustouflante. C’est le cadre du Gran Hotel Formentor, un hôtel de luxe où ont séjourné (et séjournent encore) les plus grands de ce monde.

Parmi les hôtes célèbres du Gran Hotel Formentor, se trouvent Charlie Chaplin, Audrey Hepburn, Grace Kelly, Gary Cooper, Claudia Cardinale et Cary Grant pour le cinéma, et Vicente Aleixandre, Carlos Barral, Octavio Paz, Camilo José Cela et Dámaso Alonso pour l’écriture.

Les sœurs Wachowski ont aussi choisi ce cadre idyllique pour y tourner une partie de leur film Cloud Atlas, avec Halle Berry, Tom Hanks, Susan Sarandon et Hugh Grant.

Le prince Rainier et la princesse Grace Kelly de Monaco à Majorque en 1956, Dalia & Ginger

Port Pollensa

Port Pollença, abcMallorca

Cet ancien port de pêcheur devenu port de plaisance est renommé pour sa promenade maritime et la beauté de ses plages. Il est donc tout naturel qu’il ait lui aussi attiré le regard et les passions d’esprits privilégiés.

Le peintre catalan Hermenegildo Anglada-Camarasa s’établit à Port Pollensa, dont il tomba amoureux, en 1914. C’est lui qui fit connaître Majorque aux peintres latino-américains de l’École de Deià. Parmi ses tableaux les plus célèbres, se trouve Formentor après la tempête. Ses peintures, souvent comparées à celles de Gustav Klimt, sont un délice pour les yeux.

Pour finir, nous allons vous révéler quelque chose que vous ignorez peut-être encore : Port Pollensa fut le lieu de résidence, pendant un temps, de l’illustre romancière Agatha Christie. Elle y écrivit d’ailleurs une nouvelle policière au titre sans équivoque : « L’intrigante de Pollensa » (« Problem at Pollensa Bay »). Après un long et éreintant voyage au Moyen-Orient, l’écrivain anglaise arriva à Palma mais ne trouva nulle part où se loger. En passant par Port Pollença, elle aurait dit : « Voilà l’endroit que je recherchais… » La légende raconte que sa fascination pour les pins qui bordent la promenade maritime de la petite station balnéaire lui aurait inspiré le nom de son protagoniste, Parker Pyne.

Agatha Christie à Majorque, The Mallorca Photo Blog

 

Crédits : Scielo, The Mallorca Observer, Condé Nast Traveler, Perdido en Mallorca, Mallorca Booking, Le chat sur mon épaule, La casa de Robert Graves, La fundación Robert Graves, Impedimenta, Vanitatis

 

Tags

Audrey Delsaux

Titulaire d'une maîtrise LLCE Espagnol et d'un master Métiers de la Traduction à l'Université de Provence, j'ai toujours été passionnée de langues et de littérature. La profession de traductrice-relectrice m'est donc vite apparue comme une évidence et s'est concrétisée avec la création de mon agence, Mots Ensemble. J'aime le défi qui se cache derrière chaque traduction, cette recherche du terme parfait, du style consacré, cette danse entre anglais, espagnol et français, mes langues de travail... J'ai quitté ma Marseille natale pour rejoindre Majorque par amour, il y a onze ans déjà. Comme la plupart de ses visiteurs, j'ai immédiatement été conquise par cette île aux paysages aussi contrastés que magnifiques, sa culture, ses traditions, ses gens… L'endroit idéal pour poser ses bagages et commencer une nouvelle vie…

Related Articles

Close
Close