Visites et Incontournables

Marivent un palais royal à Majorque

L’histoire d’un palais et de ses Jardins

Le majestueux Palais de Marivent surplombe les falaises de Cala Major à quelques kilomètres de Palma, son nom « Mer et Vent » en majorquin, évoque les éléments qui l’entourent, l’abritent des regards indiscrets et lui offrent une vue spectaculaire sur la baie de Palma.

L’ingénieur grec Ioannis Saridakis (Juan Saridakis) né à Alexandrie en 1877, travaille dans les mines de cuivre du Chili quand il rencontre le peintre chilien Pedro Lira. Il devient son élève et rapidement préfère les pinceaux et le fusain aux calculs de masse et aux mesures de distances .

Des tableaux peints par Saridakis (crédit findartinfo)

Ce passionné de peinture, collectionneur averti d’œuvres d’art et mécène fait fortune au Chili et à son retour en 1923, amoureux de l’île, il décide de s’installer à Majorque.

D’abord, il choisit l’emplacement dont il rêve pour vivre, un pignon rocheux dénudé, mais aux vues spectaculaires sur la mer et la baie de Palma de Cap Blanc à Illetas.

Et pour la maison de sa vie, Saridakis prend ses crayons, s’installe aux pieds de la falaise et dessine : des roches en premier plan, à la tour imposante qui se détache des autres volumes, jusqu’au mur recouvert de céramique qui la protège du vide face à la mer.

Marivent dessiné par son propriétaire (crédit Diario de Mallorca)

Il décide de confier la construction de Marivent au majorquin Guillem Forteza Pinya, architecte, urbaniste et homme politique, formé à Barcelone et constructeur de nombreux édifices civils et religieux de Palma.

Marivent est bâti en un temps record entre 1923 et 1925, dans une architecture régionaliste moderne, sur un terrain de 33 hectares.  Son entrée principale imposante, l’enceinte de murs de pierre, la tour monumentale telle un donjon et les jardins verdoyants lui confèrent son air de Palais.

Un propriétaire collectionneur généreux

A la mort de Juan Saridakis en 1965, sa veuve Anunciación Marconi en fait don à la Députation Provinciale des Baléares, selon la volonté de son mari de transformer la splendide maison, en musée ouvert gratuitement au public qui pourra ainsi découvrir la riche collection du mécène.

L’impressionnante bibliothèque contenant plus de 2000 ouvrages, les meubles de grande valeur et la fabuleuse collection de plus de 1300 œuvres d’art réunies par Saridakis : les tableaux de Sorolla à Rusiñol en passant par Joaquím Mir, Picasso ou encore Eugène Delacroix sont alors accessibles à tous.

Un collectionneur passionné : Sorolla, Mir, Delacroix (crédit yahooart)

Cependant en 1973, la Députation des Baléares décide de céder les lieux comme résidence estivale à Don Juan Carlos et Doña Sofia qui sont alors Princes d’Espagne. Marivent dispose également de 2 villas Son Vent et Son Ventet, la famille royale y séjourne chaque été et y accueille des invités illustres.

Des Jardins botaniques et « culturels »

Depuis 2017, les jardins sont accessibles au public gratuitement, une grande partie de l’année. Pourtant, lorsque Saridakis achète le terrain rocheux, complètement dénudé, pas un arbre n’y pousse, il plante donc les belles pinèdes qui entourent la maison de leur ombre bienveillante.

Le parc de plus de 9 hectares est joliment aménagés, une fontaine colorée, des pelouses verdoyantes, des parterres fleuris aux formes géométriques, des chemins luxuriants…en font une oasis de verdure unique aux abords de Palma.  

Des jardins luxuriants (crédit El Mundo)

La flore du parc est également de grand intérêt, elle rassemble plus de 40 espèces végétales, essentiellement autochtones et méditerranéennes. Comme des figuiers, des citronniers et orangers, des plantes aromatiques (lauriers géants, romarin…), de magnifiques bougainvillées, des jasmins délicieusement parfumés…

Des recoins charmants (crédit mallorcadecuentos)

La grande diversité de fleurs et d’arbustes fleuris apportent de ravissantes touches de couleurs éclatantes et attirent de nombreuses espèces de papillons et d’insectes. Ce jardin est classé par la Mairie de Palma pour sa grande valeur botanique mais aussi historique.

Des fleurs et des couleurs (crédit El Mundo)

Mais ce n’est pas tout, une balade dans les jardins de Marivent est aussi une découverte culturelle, une exposition à ciel ouvert, car aux détours des chemins vous pourrez contempler 12 sculptures de bronze créées par Joan Miró entre 1969 et 1981.

Fascinantes, elles dévoilent l’univers exubérant et onirique de Miró et sa vision du surréalisme. Leur présence dans ces lieux à proximité de la maison où il vécut, Son Boter, est symbolique de l’attachement profond de l’artiste pour Majorque.

L’univers sculptural surréaliste de Joan Miró (crédit ecoviajes)

Ces œuvres de Miró se trouvaient à l’origine dans les maisons et les jardins de sa famille et de ses proches, bien que certaines comme la sculpture intitulée « Personnage » de 2 mètres de haut, ait été exposée au Rijkmuseum d’Amsterdam.

« Personnage » (photo 3) exposée à Amsterdam (crédit ecoviajes et Ultima Hora)

Les descendants de l’artistes ont cédé les 12 sculptures impressionnantes aux Jardins de Marivent dans le cadre de l’étroite collaboration que la couronne et la famille Miró ont toujours maintenue et de la relation amicale que le Roi Juan Carlos entretenait avec le peintre catalan.

Des sculptures fascinantes (crédit inoutviajes et Ultima Hora)

En sortant de Marivent, poursuivez l’émerveillement en visitant la Fondation Pilar y Joan Miró à seulement 15 petites minutes de marche, située sur les hauteurs de Cala Major, elle offre des vues exceptionnelles sur la mer et vaut vraiment le détour.

Marivent : jardins ouverts tous les jours de 9h à 20h (été) et de 9h à 16h30 du (1 octobre au 30 avril) – Calle Joan Miró, 227 Cala Mayor

Fondation Miró : du mardi au samedi de 10h à 18h (19h en été), dimanche et jours fériés de 10h à 15h. Calle de Saridakis, 29, Cala Major – Parking Gratuit.

Tags

Related Articles

Close
Close

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.