Visites et Incontournables

Musée Sa Bassa Blanca au nord de Majorque

IPS INMO ips inmo majorque

Les amateurs d’art, d’architecture et de nature seront comblés par la visite du Musée Sa Bassa Blanca dans les hauteurs d’Alcudia au nord de Majorque. Un véritable programme didactique fondé sur le rapprochement de l’art et de la nature vous attend.

Une fondation née d’une passion et d’un engagement

La fondation Sa Bassa Blanca est née de l’union de 3 passionnés : Yannick Vu, Ben Jakober et le banquier philanthrope Georges Coulon Karlweiss. 

Yannick Vu, née en France en 1942, a grandi à Vence entourée de son père, peintre vietnamien, et de sa mère française. En 1963, elle rencontre le peintre italien Dominico Gnoli, avec qui elle découvre Majorque puis se marie.

Il décède au sommet de sa gloire en 1970. Et, en 1972, Yannick Vu se remarie avec le sculpteur, Ben Jakober. Cet autodidacte, né à Vienne en 1930, entretient un lien particulier avec l’île de Majorque depuis 1960.

Encouragée par son épouse, il démarre une carrière de sculpteur à 40 ans. Depuis 1992, ils signent leurs œuvres ensemble, comme s’ils n’étaient qu’un seul et même artiste.

A l’origine, Sa Bassa Blanca était une possessió de montagne, dédiée à l’agriculture et l’élevage. Pendant la guerre civile espagnole, en raison de son emplacement stratégique sur la baie d’Alcúdia, elle fut réquisitionnée par l’armée et transformée en base militaire. 

sa-bassa-blanca-ensemble
Vue spectaculaire – msbb.org

C’est en 1978 que le bâtiment de Sa Bassa Blanca est acheté par un Consortium dont les 2 artistes faisaient partie. Yannick Vu et Ben Jakober, soutenus par Georges Karlweiss, créent la Fondation en 1993. Ils l’ouvriront aux visiteurs experts à partir de 1995, et au grand public en 2001.

La philosophie du lieu : « L’Art Intégral »

Les oeuvres et l’environnement du musée s’inscrivent dans l’esprit du « Gesamtkunstwerk » (Art Intégral ), expression allemande empruntée à Richard Wagner, pour décrire une œuvre intégrant la musique, le théâtre et les arts visuels.

Dans le cas de Sa Bassa Blanca, un ensemble d’œuvres éclectiques, tant par leur origine que par leur format, ont été réunies par les mêmes mains. 

Jean Hubert Martin, historien de l’art, le décrit ainsi : « Les créations d’origines diverses, d’artistes connus ou d’anonymes, dialoguent d’une manière qui défie notre approche traditionnelle de l’art ».

sa-bassa-blanca-art
Éclectisme – msbb.org

En toile de fond, les créateurs de ce lieu unique accordent une attention toute particulière à l’évolution créative et éducative des enfants, et depuis 2009, ils s’emploient à développer des programmes didactiques à leur destination.

Une architecture exceptionnelle

Le bâtiment actuel a été conçu par l’architecte égyptien Hassan Fathy (1900-1989). Ce qu’il a surnommé « Ribat » (bâtiment fortifié) est une construction hispano-mauresque, qu’il a composée en ne conservant que les murs extérieurs de la finca existante.

Murs blancs, voûtes et dômes couronnent les terrasses qui surplombent une magnifique cour intérieure, ponctuée de fontaines et jardins. Les fenêtres sont ornées de treillis, tandis que les portes et les sols ont directement été rapportés d’Andalousie et du Maroc.

Le bâtiment principal abrite une collection d’art moderne et contemporain, dans laquelle se côtoient des artistes africains, marocains ou encore vietnamiens, des dessins de Domenico Gnoli mais également des photos d’artistes.

sa-bassa-blanca-plafond
Les plafonds mudéjar – theinsta-stalker.com

Au dernier étage, vous pourrez contempler l’aile Karlweiss et ses splendides plafonds à caissons mudejar, caractéristiques de l’architecture islamique, qui datent de 1498 et ont été rapportés de Saragosse.  S’y visite une très belle collection d’art contemporain.

Un spectacle hétéroclite et envoutant

En 1993, une ancienne citerne du domaine a été totalement réaménagée. Le metteur en scène et concepteur d’exposition, Robert Carsen, en a conçu l’installation. La salle « Nins » met en lumière, sur des murs peints en différentes nuances de rouge, 150 portraits d’enfants du XVIème au XIXème siècle.

sa-bassa-blanca-squelette
Le squelette – msbb.org

L’espace souterrain Sokrates est un exemple flagrant de « l’art intégral ». S’y juxtaposent un spectaculaire rideau de cristal réalisé par Swarovski à partir de plus de 10 000 pièces, le squelette fossile d’un rhinocéros, des œuvres de Miquel Barceló, des masques, des pièces ….

A l’extérieur, vous pourrez découvrir le parc zoologique où sont exposés de grandes œuvres en granit, créées par les 2 fondateurs. Elles ont été conçues à partir de pièces archéologiques et représentent chien, taureau, bélier, chat …

sa-bassa-blanca-zoo
Le zoo – msbb.org

Conçu par Yannick Vu, le Jardin de Rosas hébergent plus de 100 variétés de roses anciennes anglaises. Le jardin a été conçu comme un « Hortus Conclusus » ou jardin médiéval cerné de murs. C’est en mai que sa floraison est la plus belle.

L’excursion jusqu’à El Observatorio vous permet d’accéder à l’un des points les plus magiques du musée. Après 15 minutes d’ascension, vous pourrez admirer 3 grandes colonnes, installées par Ben Jakober, qui semblent dialoguer avec les 2 cheminées de l’ancienne usine Gesa d’Alcúdia et celle de Murterar.

Un lien d’opposé est ici généré : la colline versus la plaine, le ciel versus la mer, l’industrie versus l’art. 

sa-bassa-blanca-observatoire
L’observatoire

Sur le toit de l’ancien observatoire militaire, trône une sculpture des 2 artistes fondateurs, qui surplombe la baie d’Alcúdia. Dans l’une des salles, une installation magique de miroirs plonge les visiteurs dans un monde sans limite grâce aux effets de réfraction infinie.

Créée lors des Journées Mondiales de l’Environnement en 2018, The Shrine (Le Sanctuaire) est installé dans l’ancien moulin à eau du domaine. Le manifeste d’artistes « Marrakchis Z’Bel » a imaginé cette installation avec uniquement des déchets plastiques.

Enfin, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour visiter la bibliothèque qui abrite plus de 7000 livres d’art.

Vous l’aurez compris, plus qu’un musée, Sa Bassa Blanca est une véritable expérience sensorielle,  à ne surtout pas rater.

msbb

Museo Sa Bassa Blanca

Fundación Yannick y Ben Jakober

Tags

Bénédicte Lefeuvre

Quand en mai 2014, mon compagnon et moi-même posons, pour la première fois, nos valises à Majorque, c’est le coup de foudre absolu. « L’Île au calme » nous a totalement envoutés : sa douceur de vivre, ses paysages à couper le souffle, son ambiance unique … La devise, « la vie est plus douce au soleil » a alors trouvé tout sons sens, et j’ai eu envie de la partager. Titulaire d’une maîtrise de Lettres Modernes et d’un Master en Stratégie de la Formation, j’ai eu la chance d’encadrer et d’accompagner des jeunes en alternance. Ensuite, après une dizaine d’années passées à organiser et gérer des réceptions privées ou professionnelles, des mariages ou encore de l’évènementiel dans ma belle région Bretagne, j’ai eu envie de faire un pari fou : faire partager ce coup de cœur en mettant mon savoir-faire au service des touristes français à Majorque et j’ai créé La Conciergerie de Palma. Dans cette même vision de partage, écrire pour la Piaf s’est présentée comme une évidence.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.