Guide VoyageurVisites et Incontournables

Palma (de Majorque) Capitale des Baléares

Historique, Cosmopolite et dynamique, Une visite incontournable!

Palma, officiellement amputée de « de Majorque » depuis novembre 2016, même si elle reste Palma de Majorque dans le langage quotidien, est la capitale des îles Baléares et le centre névralgique de Majorque.

Le contraste entre son front de mer moderne où se concentrent hôtels, plages et vie nocturne sur une vingtaine de kilomètres, et sa vieille ville parsemée d’innombrables sites historiques et culturels symbolise la dualité de cette ville, à la fois influencée par les invasions successives des peuples romain, barbare, arabe et catalan, sans oublier la culture juive, et par certains phénomènes économiques comme le tourisme.

 Une ville Historique

La position stratégique des îles Baléares, au milieu de la Méditerranée occidentale, a fait de Palma un pole d’attraction important, créant ainsi, au fil du temps sa physionomie actuelle.

L’arrivée des Romains en 123 avt JV, l’invasion du Calife de Cordoue en 902 puis la reconquête catalane par Jaume I en 1229 sont probablement les faits historiques les plus marquants, tant au niveau architectural avec  le château de Bellver, l’Almudaina, la Lonja, La cathédrale et les murailles, faisant de la vieille ville une des plus belles d’Espagne, que culturel avec des figures internationales tel Ramón Llull.

Palma-majorque-piaf (4)

Par la suite, les différents conflits et changements historiques, comme l’exclusion de Palma de la couronne catalane en 1714, la Guerre civile de 1936, qui a laissé de douloureuses blessures parmi les majorquins, et le développement massif du tourisme à partir de 1950 ont forgé la Palma d’aujourd’hui, celle que des millions de touristes viennent visiter chaque année.

Une ville cosmopolite

Entre le cap de Cala Figuera à l’ouest et le cap Blanco à l’est, Palma s’étend sur plus de 100 km2 (lorsqu’on inclut toutes les municipalités qui en dépendent). Pour l’anecdote, l’île de Cabrera au Sud-Est appartient également à l’administration de la ville.

Actuellement elle compte près de 445.000 habitants, dont 20% d’étrangers, ce qui représente un peu plus de la moitié de la population de l’île. En haute saison touristique la ville se gorge de visiteurs, arrivant parfois à saturation, selon les chiffres de PalmaXXI ,une entité citoyenne qui se veut un observatoire de référence de Palma, 90.000 personnes se sont retrouvées chaque jour dans le centre historique durant la haute saison touristique, dont 37.700 sont des touristes !

Palma-majorque-piaf (1)

Une saturation qui nuit tant aux autochtones qu’aux touristes. Mieux vaut éviter la ville entre 11h et 13h et ne pas profiter, comme le fait la majorité, d’un jour sans soleil, préférez Valldemossa ou une balade dans la forêt de la Serra de Tramuntana,  un charme fou sous la pluie !

Une ville culturelle et pleine d’énergie

On ne s’ennuie pas à Palma, même en hiver ! La ville ne s’endort, presque, jamais. On peut s’y balader tard le soir sans crainte, en évitant certains quartiers bien évidemment, comme partout, mais les restaurants et les bars restent ouverts tard et les taxis sont omniprésents.

Se promener dans la vieille ville, découvrir le street art, visiter des musées comme la Fondation Joan Miró, Es Baluard ou la Fondation Caixa dans le Gran Hotel,  emprunter le bus touristique pour éviter de prendre une voiture (les parkings sont rapidement saturés et les places en ville ne sont disponibles que pendant 2h), déguster un pa amb oli ou un sorbet à l’amande à l’une des nombreuses terrasses ombragées du Paseo del Born.

Palma-majorque-piaf (3)

Théâtre, opéra, café-théâtre, cinéma en français à Cineciutat, dîner-spectacle à Son Amar, Palma n’a rien à envier aux villes de la péninsule !

Si Palma est votre destination première, pour quelques jours, venez hors saison, en octobre si un bain de mer vous fait encore envie, l’eau est encore gorgée du soleil de l’été, au printemps si vous raffolez des processions de Pâques  ou en hiver si vous voulez faire un stock de bonbons à Noël !

Crédits: callandridemallorca.com, tourinews.es, commons.wikipedia.org,palmaXXI

Tags

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano et plus récemment travaillé avec le cabinet MG PEP’S, spécialiste en hygiène alimentaire . Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Related Articles

Close
Close