Visites et Incontournables

Le Puig Major, le toit du monde majorquin

Point culminant de la Serra de Tramuntana, Le Puig de Son Torrella se reconnaît à l’énorme “Bola” qui le couronne depuis presque 70 ans.

IPS Inmo Majorque

Le Puig Major, c’est :

Une zone naturelle protégée déclarée réserve naturelle en 2007, lieu d’intérêt communautaire (SIC), zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZPS), zone d’intérêt élevé de haut niveau de protection (AANP).

Et bien sûr, la consécration suprême, inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO en 2011 comme partie de la Serra de Tramuntana.

Un bien joli palmarès !

1445 m, ou plutôt 1436 m en réalité. Mais où sont passés ces 9 mètres manquants ?

Un sommet amputé de 9 mètres

En 1953, en pleine guerre froide, un accord de coopération entre l’Espagne et les Etats Unis fut signé. Ainsi un radar de l’armée de l’air américaine fut installé au sommet du pic le plus élevé des Baléares, permettant le contrôle aérien de l’OTAN sur la Méditerranée occidentale.

La construction de cette base de surveillance militaire a eu un grand impact environnemental, car le sommet a dû être adapté : Il a fallu réaliser une surface lisse, ce qui a entraîné la perte des 9 derniers mètres du sommet du Puig Major.

 En outre, lors de la construction de la route menant au sommet, la préservation de l’environnement n’a pas été prise en compte, ni adaptée au terrain, ce qui a entraîné la destruction d’une partie de l’ancien chemin de pierre, très utilisé par les habitants de Sóller, qui montait depuis le Coll de N’Arbona. 

Même si ce radar donne sa personnalité actuelle au Puig Major et fait partie intégrante du paysage, cela n’a pas été sans conséquences négatives.

Un projet de funiculaire, une oeuvre remarquable de l’ingénierie majorquine

Bien avant que les militaires s’emparent de ce site naturel, un ingénieur majorquin, Antoni Parietti Coll (1899-1979) avait pour projet de construire un funiculaire afin de dynamiser les débuts du tourisme et de faciliter l’accès au massif du Puig Major.

En 1923 Antoni Parietti Coll est nommé ingénieur en chef des voiries et travaux du conseil provincial, ainsi en plus de ce projet de funiculaire, il est à l’origine de nombreuses routes comme celle du port de Pollença à Formentor, celle de Lluc à Sóller, celle de Cura (Algaida), celle de Puig de Sant Salvador (Felanitx), Celle de Sa Calobra, etc.

Depuis le sommet du Puig Major la vue est impressionnante et comme il est enneigé tous les hivers, l’ingénieur imaginait encourager les sports d’hiver.

Le rapport original datant des années 30 mentionne également la possibilité d’installer un observatoire astronomique, un sanatorium et même un phare pour l’orientation aérienne !

Le projet a été présenté en 1934 au théâtre principal de Palma, commencé en juin 1936 puis interrompu un mois plus tard du fait de la guerre civile. 

Actuellement il ne reste que la plate-forme du funiculaire, vestige d’un rêve inachevé.

Comment Le Puig Major est-il devenu un fief militaire ?

La base militaire du Puig Major

Au XIIIº siècle, le roi Jaume I reconquit l’île de Majorque et distribua les propriétés aux nobles Catalans qui l’avaient accompagné. Ainsi les terres montagneuses autour du sommet majorquin sont remises à la famille de Torrella, d’où le nom de Puig de Son Torrella.

Les textes anciens le désignent comme le Montblanc de Majorque, ce qui prouve la fréquence relative à laquelle la neige le recouvrait. 

Dans les années 1950, les terres de Son Torrella appartenaient à un frère du marquis de Zayas, un fasciste et chef de la Phalange à Majorque pendant la guerre civile, responsable d’une répression féroce et de pelotons d’exécution, tuant des centaines de républicains.  

Le général Franco, en 1934, alors commandant militaire des îles Baléares, avait escaladé le Puig Major. Malgré son amitié avec la famille Zayas, le dictateur ordonna l’expropriation suite à son accord avec les autorités américaines.

Une fois l’installation américaine terminée, fin des années 50, le Puig Major devint pratiquement inaccessible.

À la fin des années 80, les installations sont devenues techniquement obsolètes et la guerre froide avec l’URSS est terminée. La gestion de la base revient à l’État espagnol.

En 2000, les installations sont modernisées et exploitées par “l’estación de vigilancia aérea” Actuellement, les randonnées restent interdites. Toutefois, l’armée de l’air consent des dérogations.

Point culminant d’une chaîne montagneuse patrimoine de l’Unesco

Cúber et Gorg Blau, les 2 réserves d’eau de Majorque, l’île sans rivière

Le Puig Major se situe plus ou moins au centre de la Serra de Tramuntana. Flanqué à l’ouest du Penyal d’es Migdia (1382m) et du Morro d’en Pelat (1319m), ses éperons montagneux secondaires, il domine la vallée d’Amallutx où se trouve le Gorg Blau, une des 2 réserves artificielles d’eau de Majorque. 

Avec celle de Cúber, elles fournissent en eau depuis 1971 la zone de Palma et ses environs grâce au torrent Almadrá. En 2003, le Gorg Blau fut déclaré Monument naturel par le Govern Balear.

Ce n’est pas un hasard que ces réserves aient été créées dans cette vallée. La hauteur de la barrière montagneuse arrête les masses de nuages venues du Nord et en font la zone la plus pluvieuse de Majorque avec une moyenne annuelle de plus de 1500mm.

Pourtant l’aspect général du paysage autour de ces “embalses” est aride avec une végétation aux formes arrondies et épineuses. En effet, le relief accidenté et la nature karstique du terrain limitent la rétention d’eau dans le sol. 

Une ascension gratifiante selon les propos de l’archiduc Luis Salvador

L’ascension du sommet du Puig Major a longtemps été difficile, car il n’y a pas d’accès routier hors de la vallée de Sóller. 2 itinéraires étaient possibles : le versant rugueux de la Coma de N’Arbona, depuis Fornalutx ou depuis Ses Cases de Son Torrella, via Biniaraix. 

Les 2 itinéraires étaient praticables grâce aux routes qui ont été ouvertes et entretenues pour permettre la descente de la glace, à dos d’animaux ou à dos d’hommes, depuis les puits de neige construits sur le Puig Major à des époques inconnues, probablement vers l’époque arabe.

Dans son livre, Die Balearen, l’archiduc Luis Salvador décrit l’ascension comme la plus gratifiante de l’île et explique qu’il est possible de la faire depuis Sóller à cheval et qu’il serait souhaitable d’y trouver une auberge afin de rendre l’excursion plus attrayante pour de potentiels randonneurs !

Un espace de jeu fabuleux pour les botanistes, biologistes et ornithologues

Les écosystèmes du Puig Major s’étagent de 800 à 1 400 m et la liste des botanistes ayant gravi le Puig Major pour les étudier est longue ! 

Au XVIIIº siècle, les plus connus d’entre eux créent des catalogues de plantes. Comme Antoine Richard, envoyé par Louis XV pour étudier la flore des pays du Sud et qui édite un catalogue sur la flore des Baléares.

On y trouve des épineux mais aussi des centaines de plantes dont certaines endémiques.

Dans les années 1980, avec le retrait des militaires américains, le Puig Major était de nouveau accessible et la sonnette d’alarme a été tirée : Le Govern Balear charge le botaniste Llorenç Sáez de faire un rapport sur l’état des lieux ; Il met en évidence que plusieurs de ces espèces endémiques se sont raréfiées.

 Les moutons mais surtout, les chèvres – une espèce sauvage sur l’île, dont l’abondance a augmenté à un rythme alarmant au cours des dernières décennies, parallèlement à l’exode rural – ont été identifiés comme le facteur de dégradation le plus intense.

On y trouve également des vautours moines et des balbuzards pêcheurs qui apprécient cette zone montagneuse pour s’y nourrir.

Comment s’y rendre 

La randonnée selon wikiloc

Il existe de nombreux itinéraires d’ascension en VTT ou en randonnée à chercher sur Wikiloc par exemple et dans des guides papiers comme le GR221 Serra de Tramuntana en 8 étapes de Triangle books (que vous trouverez partout, de l’aéroport à la boutique de souvenir !)

  •  En voiture depuis Sóller ou le Port de Sóller, il faut emprunter la Ma-10 en direction de Lluc et Pollença
  • En bus , la ligne du TIB 354 depuis Port de Sóller et la ligne 355/354 depuis Port Pollença.

N’oubliez pas que l’accès est toujours interdit, si vous désirez escalader le Puig Major vous devez impérativement demander une autorisation à l’avance. Appelez le 971 63 70 30 pour vous informer.

Un aperçu des 2 réservoirs d’eau de Majorque :

Crédits texte et photos : conselldemallorca.cat, canribera.com, Pedro Vidal Terrasa, metode.es, fotocommunity.es, sedaventura.es

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Recevez les dernières nouvelles de Majorque.

Vous vous êtes inscrits!

There was an error while trying to send your request. Please try again.