Art, Culture & Infos

Palma XXI, initiative citoyenne à Majorque

PalmaXXI est un collectif de citoyens appartenant conjointement à TramuntanaXXI et PlaXXI à Iniciatives del Mediterrani créé pour un futur durable de Majorque

Dray & Partners
5/5 - (5 votes)

Iniciatives del Mediterrani est un mouvement de la société civile qui se veut défenseur des citoyens devant la croissance imparable et parfois invasive du tourisme de masse. C’est une initiative qui cherche des solutions pour un futur durable de Majorque et sa capitale afin que les futures générations d’habitants et de touristes puissent continuer à profiter du patrimoine culturel et naturel de l’une des plus belles îles de la Méditerranée.

Il se divise en 3 plateformes, PalmaXXI dédiée uniquement à la capitale, TramuntanaXXI qui s’engage pour un avenir durable de la Serra de Tramuntana et plus récemment PlaXXI,  la zone centrale de Majorque, située entre la Serra de Tramontana et de la Serra de Llevant.

 IniciativesXXi-PalmaXXI
Une exposition à la disposition de tous pour comprendre la ville et ses enjeux, une démarche habituelle d’iniciativesXXI

PalmaXXI, Penser et construire la Palma de demain

Ce projet collectif de citoyens engagés est né de la volonté de réfléchir et dessiner un futur durable de Palma.

Ce mouvement citoyen, indépendant et ouvert, se veut un observatoire de références sur le passé, le présent et le futur de la ville. Actuellement formé d’une centaine de personnes, il serait faux de penser qu’ils sont tous nés à Majorque. Certains d’entre eux, espagnols ou étrangers, s’y sont installés par choix et sont soucieux de participer à la vie locale. Tous la connaissent parfaitement et la respectent avant tout.

L’idée centrale est de comprendre les tendances constructives et destructrices de la ville, de 1900 à nos jours, dans une perspective sociologique, économique, culturelle, politique, urbanistique et architecturale afin de pouvoir prévoir le développement futur et faire des propositions pour améliorer la ville.

 PalmaXXI

Rencontre de Jaume Garau, Président de PalmaXXI

En mai 2022, nous avons eu le plaisir de rencontrer Jaume Garau. Diplômé en psychologie sociale de l’Université de Barcelone et Master en psychologie organisationnelle de la London School of Economics.

Il a été Président du Collège des Psychologues des Baléares de 1988 à 1995. Il est l’un des associés fondateurs d’Arca et a été nommé associé honoraire en 2009. Il est aujourd’hui secrétaire de PalmaXXI trésorier de PlaXXI et président de la fondation  Iniciatives del Mediterrani.

 PalmaXXI
La place de la Reina, au début du XXº siècle avant la construction du Palau March

Créer un dynamisme positif et constructif pour tous, habitants et visiteurs

Autour d’un café dans la cours de l‘Estudi general Lul.lià, nous avons écouté cet érudit éclairé. Pas de discours vindicatifs ni de rejet du touriste ou de l’expatrié, comme malheureusement on peut entendre de la part de certains collectifs.

Une véritable envie de partager et de nous expliquer sincèrement ce que les majorquins ressentent et attendent de nous, les invités d’honneur de leur terre bien-aimée.

Du tourisme de masse au tourisme intelligent et raisonné

Le tourisme n’a cessé de croître ces 20 dernières années. Malgré tout, il n’a laissé que peu de richesse aux habitants de l’île, tout en attirant une population émigrée à qui on ne peut fournir les moyens de vivre décemment. La gentrification des quartiers s’est insidieusement installée comme dans la plupart des grandes villes européennes.

Palma semble souffrir à son tour du syndrome de Venise : un syndrome qui décrit comment les villes néolibérales finissent par être des plateformes urbaines exclusivement au service des multinationales du tourisme, laissant la vie résidentielle aux étrangers et à quelques citoyens qui ne peuvent ou ne veulent pas s’en échapper.

 PalmaXXI

Une urgence pour le maintien d’un équilibre durable

Il est donc primordial pour PalmaXXI de changer la donne et mettre en place des actes plutôt que des paroles dans l’air. Nous ne pouvons plus nier que nous sommes dans une urgence climatique et que nous devons préserver les ressources de notre île et la qualité de l’air que nous respirons.

Un excès de tourisme peut provoquer la fin de la vie économique locale. Avant le développement touristique, la ville était faite uniquement pour ses habitants. La majorité des commerces leur était destinée. Cela a fondamentalement changé et il faut retrouver un équilibre rapidement, établir des limites concrètes et élaborer une « capacité de charge ». Contrôler le nombre de bateaux de croisière, le nombre de touristes qui arpentent les rues du « Casco antiguo » de Palma, les horaires de fermetures des restaurants et bars, etc. 

Les différents corporations doivent se réunir : Les entrepreneurs touristiques, les commerçants, les habitants de la ville et l’administration. Il faut trouver un consensus entre tous !

Le collectif de Veins de Palma a présenté une publication dans laquelle ils exposent 40 idées pour améliorer la ville pour ses habitants et donc pour les touristes aussi. Il faut lutter contre l’agacement et le mécontentement des habitants et recréer un dialogue fluide avec les visiteurs, qui dans leur grande majorité, sont bienveillants et curieux de découvrir Palma et ses environs.

Quelques exemples d’initiatives profitables pour la ville de Palma

Jaume Garau, nous rappelle que dans les années 80, une grande réhabilitation de Palma a été entreprise. Non pas pour la rendre plus attractive pour le tourisme, mais bien parce que les habitants, fiers de leur patrimoine, voulaient lui rendre sa splendeur d’antan. Les imposantes portes en bois des patios se sont ouvertes pour permettre à tous de les admirer.

Les « Jane’s walk » de Palma : inspirées de l’activiste Jane Jacobs, ce sont des promenades gratuites dans la ville, guidées par des bénévoles. Promenades propices aux échanges et aux débats sur le modèle urbain à développer pour que les quartiers continus d’appartenir aux habitants tout en les rendant accessibles au tourisme respectueux et curieux.

Il est encore temps de ne pas transformer Palma et par extension, Majorque, en un grand parc d’attraction touristique. Sans la présence des habitants, la ville n’aurait plus de sens et perdrait son âme.

Soyons tous respectueux et vigilants !

Une entrevue de Jaume Garau

Crédits: iniciativesXXI, diariodemallorca.com, viagallica.com, fotosantiguasdemallorca.blogspot.com, mercadesantacatalina.com, joalluiscoll.com, serradetramuntana.net, cadenaser.com

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page