Produits et Traditions

Noël à Majorque : une fête empreinte de tradition

Illuminations spectaculaires, vitrines, marchés, crèches et Villancicos...tout contribue à créer une atmosphère magique

Dray & Partners
4.8/5 - (5 votes)

A 25 de desembre, fum fum fum

Où que vous soyez, tendez l’oreille et laissez-vous charmer par ce chant de Noël en catalan,  un villancico, il est partout ! Quand Majorque fête Noël, cela se voit, cela s’entend, cela se sent… l’île s’est parée de ses plus beaux atours pour accueillir la fête la plus attendue de l’année. Sur cette terre de traditions, rien d’étonnant à ce que l’époque des fêtes recèle, elle aussi, de belles coutumes  et de succulentes spécialités culinaires…

un patio de palais majorquin avec son superbe sapin de Noël

Une fête qui se prépare à l’avance

Les Marchés de Noël

Postés aux quatre coins de l’île, les marchés de Noël donnent le coup d’envoi de la période des fêtes. Proposant décorations, santons et idées cadeaux, ils constituent un passage obligé pour s’imprégner de l’esprit de Noël.

Un des plus célèbres marchés de Noël, le marché de Puerto Portals

 La Crèche ou Belen, un incontournable de Noël

Tradition datant du XVIIIème siècle, l’exposition de crèches dans différents lieux emblématiques de Majorque (églises, institutions, centres commerciaux…) attire toujours autant de visiteurs. Il faut dire que ce sont de véritables œuvres d’art, uniques et variées, qui émerveillent petits et grands.

Des crèches où aucun détail n’est oublié

Les Neules de papel

Les neules de papel sont de magnifiques décorations en papier typiquement majorquines qui ornent les églises et les maisons au moment de Noël.

Les Majorquins les appliquent généralement sur les vitres, les sapins ou les suspendent en guise de mobiles. Requérant adresse et patience, c’est le moyen idéal d’occuper les enfants pendant le mois de décembre.

Des oeuvres d’art minutieusement découpées pour des motifs splendides

Du côté des célébrations

La Misa del Gallo et le canto de la sibila- 24 décembre

La Misa del Gallo, équivalent de notre Messe de Minuit, se caractérise à Majorque par le Chant prophétique de la Sibylle, dont les interprétations les plus notables ont lieu à la Cathédrale de Palma à 23h00 et au Sanctuaire de Lluc à 22h00.  À voir absolument pour un moment fort en émotions !

Le chant de la Sibille appartient au patrimoine mondial de l’humanité

À la sortie de la Misa del Gallo, les familles majorquines ont pour tradition de fêter la Noche Buena, ou Réveillon de Noël, autour d’un chocolat chaud accompagné d’une délicieuse ensaïmada ou coca de patata. Pour les plus chanceux se sera à Can Joan de S’aigo, une enseigne emblématique qui possède 3 établissements dans Palma.

 Segona Festa , la seconde fête le 26 décembre

Le 26 décembre, jour de la San Esteban, est férié dans la plupart des communes de l’île. C’est la Segona Festa, lors de laquelle les Majorquins fêtent Noël en compagnie des proches avec lesquels ils n’ont pas pu se réunir les jours précédents. Le déjeuner du 25 décembre étant la réunion familiale traditionnelle.

Normalement, il n’y a pas d’échanges de cadeau à cette occasion. Il ne faut pas oublier que le père Noël ne venait pas en Espagne. Il y a peu de temps qu’il a inscrit ce pays sur sa liste, en accord avec les Rois Mages, bien sûr.

Festa de l’Estendard – 31 décembre

La Festa de l’Estendard ou Fête de l’Étendard est associée aux fêtes de Noël majorquines. Elle commémore l’arrivée du roi Jaume Ier et de ses troupes à Majorque le 31 décembre 1229, dans le cadre de la reconquête de l’île, jusqu’alors aux mains des Maures. C’est une des plus vieilles fêtes européennes.

Rassemblement en costume traditionnel devant le parvi de Cort

À cette occasion, une cérémonie a lieu sur la Plaza de Cort où l’Étendard est exposé et les autorités défilent, accompagnées de musiciens et de la confrérie de San Jordi.

À la fin de la journée, elles se rendent jusqu’au monument érigé en hommage au roi Jaume Iº, plaza de España, pour lui faire une offrande florale.

La gastronomie de Noël

Les plats typiques que l’on retrouve sur la table de Noël

Les Majorquins aiment se retrouver autour d’un bon repas ; et si cela est évident tout au long de l’année, Noël n’échappe pas à la règle.

Parmi les entrées typiques des repas de fêtes de fin d’année, se trouvent le bullit de Nadal, sorte de pot-au-feu, la sopa rellena, soupe de grosses pâtes farcies de viande, la sopa de la reina, bouillon de viande garni de vermicelles, petites boulettes de viande et œufs durs émiettés, ou encore les assiettes de charcuterie recouvertes de huevo hilado ou jaune d’œuf râpé.

Pour le plat principal, les Majorquins préfèrent souvent la porcella ou cochon de lait rôti, véritable vedette des repas de fêtes, à la dinde au four traditionnelle. L’escaldum de pavo, espèce de ragoût de dinde, fait lui aussi de nombreux adeptes.

Une soupe simple et savoureuse

 Les douceurs

Les palais sucrés se régaleront de turrones ou nougats notamment dans la boutique située près de la plaza mayor,   de barquillos ou cigares, mantecados et autres douceurs typiquement majorquines. Le Forn Fondo offre une grande variété de gourmandises traditionnelles toutes plus délicieuses les unes que les autres. Les fruits secs et fruits de saison accompagnent également les fins de repas de fête.

Un turron fait avec les amandes de Majorque

Pas d’injonction à Noël, Certains adorent, d’autres détestent… Mais au moins il y a toujours moyen  se faire plaisir !

Crédits : www.illesbalears.travel, vacalia.com, diariodemallorca.es, mercatdesantacatalina.com, recetario.es, una receta.com, ultimahora.es, trasmedtour.com, social-vips.com, cadenaser.com, hoteles.net, fetasoller.com

Laurence Griffon

Arrivée à Palma en 1986 pour un court séjour, j’ai rapidement réalisé que j’avais enfin trouvé l’endroit idéal. Omniprésence de la mer, douceur de vivre et une petite librairie franco-anglaise, Book-Inn, où durant dix ans j’ai pu partager ma passion pour la lecture avec les nombreux majorquins férus de culture française. Titulaire d’un diplôme d’état de psychomotricienne, j’ai collaboré en tant que bénévole avec le centre ASPACE, parcouru l’île pendant 3 ans pour une agence de location saisonnière, donné des cours de français à l’Instituto Lluliano. Comme André Brink, je pense qu’il n’existe que deux espèces de folie contre lesquelles on doit se protéger. L’une est la croyance selon laquelle nous pouvons tout faire et l’autre est celle selon laquelle nous ne pouvons rien faire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page